Joaillerie

Coup de cœur : la collection “Le Paris Russe de Chanel”

En s’inspirant d’une contrée rêvée par Gabrielle Chanel, Patrice Leguéreau, directeur du studio de création de joaillerie de la maison, signe les parures les plus enthousiasmantes de la saison.
Reading time 3 minutes

Un souffle baroque
Le gotha parisien des Années folles se réjouit de fréquenter les Russes blancs. L’exubérance colorée des ballets russes enivre la capitale. Gabrielle Chanel elle-même, pourtant adepte de l’épure et de la rigueur, vivifie ses créations d’un souffle baroque qui puise son essence dans les terres fantasmées de l’Oural, mais aussi dans les liens affectifs que la créatrice tisse avec une aristocratie en exil. Elle emploie la grande-duchesse Marie Pavlovna – qui avait spontanément proposé ses services de brodeuse. Certains liens sont plus vibrants que d’autres : une passion fulgurante unit Mademoiselle au grand-duc Dimitri Pavlovitch.

Des motifs inédits
Directeur du studio de création de la joaillerie depuis dix ans, Patrice Leguéreau a décidé qu’il était temps d’explorer les influences russes qui ont enrichi le vocabulaire des créations de Gabrielle Chanel. Ces influences se manifestaient dans les années 1920 par l’introduction de vareuses, de pelisses, de grandes blouses ceinturées sur le modèle de la traditionnelle roubachka, la chemise des moujiks. Dans cette collection de haute joaillerie constituée de 63 pièces uniques, l’aigle bicéphale, et de somptueux motifs des arts décoratifs russes côtoient pour la première fois l’octogone, le blé et le camélia. Ces motifs inédits dessinent le chaton d’une bague, brillent au centre de colliers somptuaires, inspirent la découpe en ogive de parures de tête et de voluptueux sautoirs de perles.

L’excellence de l’exécution
Présentée au début de la semaine de la couture, en juin dernier au Grand Palais, la collection “Le Paris Russe de Chanel” a suscité un enthousiasme unanime, justifié par l’excellence de l’exécution, la qualité des pierres sélectionnées, l’élégance et la vivacité des dessins. C’est virtuose et gai à la fois, majestueux et léger. La maestria maison, qui possède depuis 2012 son atelier de haute joaillerie au n°18 de la place Vendôme, s’exprime dans une gamme chromatique percutante et une finesse de détails qui rendent pleinement justice à cette alliance de l’intime et de la splendeur.

Articles associés

Recommandé pour vous