Joaillerie

Chaumet expose ses spectaculaires diadèmes à Monaco

Cap sur le rocher. Du 12 juillet au 28 août 2019, la maison de joaillerie Chaumet proposera de découvrir le diadème dans tous ses états lors d’une exposition événement à Monaco. A ne surtout pas manquer.
Reading time 3 minutes
© Chaumet

Shop

original-1.jpeg7VZ044A4BGF044G_01_MediumSize.jpegtjac2730e04-a.jpg1007095_mrp_in_xl.jpg1079881_mrp_in_xl.jpg
Le short de bain
Comment faut-il s'habiller pour le Pitti Uomo ?

Hydrater la muqueuse

La sécheresse vaginale peut toucher les femmes à divers moments de leur vie : lors de grands stress, d’un traitement médicamenteux, d’une maladie et, surtout, au cours de la ménopause. “Il faut faire passer le message que l’acide hyaluronique, ça marche. Le retour des patientes est extrêmement positif et rejoint les études cliniques”, insiste le Dr Benadiba. “On pratique une sorte de mésothérapie où, après l’insertion d’un spéculum et la pose d’un gel anesthésiant, la paroi postérieure du vagin est injectée avec une seringue de Desirial. On juge de l’efficacité du traitement après quatre à six semaines, on peut alors envisager une réinjection.”

J.CHUNG est la balance parfaite entre sportswear et "casual elegant wear". C'est avec un grand sens de délicatesse que le label donne naissance à des collections résolument féminines et intemporelles, alliant à la fois style et philosophie, pour, in fine, donner un véritable sens au vêtement et ne plus seulement le réduire à une accumulation de tissus. 

www.jchung.co.fr

".. une multitude de choses, mais en matière d’habillement je dirais : les chaussures. Elles sont un atout principal qui parachève un look et met une tenue en valeur. On n’a jamais trop de chaussures. Sur ma liste pour cet hiver, j’ai noté qu’il me fallait une paire de sandales plateau en velours et des bottes à gros lacets.» 

Gilles Barbier : “L’Hospice”, 2002, installation (détail).

“Le super-héros m’a intéressé à travers cette spécificité très américaine qui consiste à en protéger l’exploitation par le copyright. Le super-héros est un personnage consternant, non seulement il est coincé dans son copyright, mais en plus il est bloqué dans son rôle. Il ne sait rien faire d’autre. L’Hospice est la réponse à un énoncé très simple : placer des super-héros dans des corps ayant l’âge de leur copyright. C’était une façon de libérer leur image en se servant du facteur qui la fige. Le diable étant dans le détail, l’essentiel a tenu dans l’exigence technique de la réalisation. Je ne voulais pas d’une pièce parodique, je voulais parler de la vieillesse, de la perte de contrôle, des souvenirs qui s’effacent.”

Articles associés

Recommandé pour vous