Industry Trends

Manolo Blahnik ouvre une boutique à Paris : “C’était le Palais-Royal ou rien!”

Manolo Blahnik inaugurera sa première boutique parisienne à l’automne prochain, dans les jardins du Palais-Royal. L’occasion de revenir avec lui sur son parcours riche et singulier.
Reading time 12 minutes

C’était le Palais-Royal ou rien!” Manolo Blahnik a cette manière définitive d’affirmer les choses, un aplomb qui sied à la perfection à cette volonté que l’on devine de fer. À 76 ans, le créateur culte de chaussures, plébiscité par les femmes en quête d’une allure singulière, s’apprête à inaugurer sa toute première boutique parisienne. “J’ai longtemps attendu, car je voulais qu’elle soit située exactement ici, sous les arcades de ce jardin magnifique. C’est un endroit qui m’est très cher, il représente pour moi la beauté intrinsèque de Paris. Je l’ai découvert en 1961, la première fois que je suis venu à Paris. J’avais fait le voyage en voiture 2CV de Genève avec des amis. J’ai le souvenir d’un trajet très inconfortable d’ailleurs! Cela existe toujours les 2CV?” Installé à Paris de 1965 à 1969, le créateur espagnol en garde un sou- venir vivace. “C’était des années magiques et insouciantes. J’habitais rue Bonaparte, à deux pas de l’église de Saint-Germain-des-Prés. Je me souviens que je m’installais à la terrasse du Café de Flore avec mon amie Shirley Gold- farb, une artiste peintre américaine un peu beatnik, et nous regardions les passantes, elles avaient un style exquis... Ce qui n’est plus du tout le cas aujourd’hui! Les gens ne savent plus s’habiller...” Un franc parlé réjouissant, propre à celui qui a côtoyé ceux et celles qui faisaient le sel du Paris cool de l’époque. “Ma mémoire de Paris est liée aux personnes que je rencontrais. Des personnalités affirmées et très drôles, il y avait Françoise Sagan ou encore la sœur de Juliette Gréco, Charlotte Aillaud, une femme charmante. Lorsque je me suis installé à Londres, au début des années 1970, je continuais à me rendre à Paris tous les week-ends ou presque!” C’est également dans le Paris des années 1960 et 70 que Manolo Blahnik nouera des amitiés créatives, durables et sincères, riches en échanges et émotions. Jeune designer de chaussures, initié à la technique par des cordonniers italiens, celui qui vient d’inaugurer son propre atelier de création dans le quartier de Chelsea à Londres, aime venir prendre le pouls de la création de ce côté-ci de la Manche. “J’étais très ami avec Azzedine Alaïa, je passais beaucoup de temps chez lui, entouré de toute sa ribambelle d’amis. Je me souviens qu’il gardait précieusement des robes de Madeleine Vionnet. Il les enfilait sur l’une de ses amies et me disait ‘regarde ce drapé, ce tombé, c’est magnifique, non?’” L’autre figure de la mode incontournable aux yeux de Manolo Blahnik? Yves Saint Laurent: “Il était d’une gentillesse, d’une générosité et d’une timidité extraordinaire. Je l’ai rencontré lors d’une fête, dans un jardin parisien. J’étais avec ma grande amie Paloma Picasso. Je me souviens de le voir rire et s’extasier sur les chaussures en satin rose de son amie Loulou de la Falaise qui défilait devant lui.” Les chemins des deux hommes continueront de se croiser au fil des années, et le chausseur imaginera d’ailleurs des modèles de souliers pour certains défilés d’Yves Saint Laurent. “Aujourd’hui encore, je ne peux me résoudre à pousser les portes du Musée Yves Saint Laurent de Paris, c’est beaucoup trop douloureux.” Le créateur Karl Lagerfeld comptera également parmi ses intimes: “C’était un véritable génie ! Sa disparition m’a beaucoup touché.

/

La Révélation 

Né en 1942 à Santa Cruz de la Palma dans les Canaries, d’un père tchèque, propriétaire d’un laboratoire pharmaceu- tique, et d’une mère espagnole, propriétaire d’une plantation de bananiers, rien ne prédestinait le jeune Manolo à embrasser la profession de chausseur et à côtoyer le tout-Paris créatif. “C’est un hasard le plus complet! Je dirais même que la profession de créateur de chaussures est venue à moi. Je me destinais à devenir diplomate, en tout cas c’était ce que mes parents auraient souhaité. L’un de mes oncles travaillait aux Nations Unies à Genève, mes parents m’y ont alors envoyé lorsque j’avais 17 ans pour y faire un stage le temps d’un été, puis j’y suis resté pour étudier le droit à l’université. J’aimais bien cela, surtout le droit antique, comprendre le fonctionnement de la démocratie.” Jusqu’alors confiné aux contours de son île, où il a suivi une scolarisation à domicile, le jeune Manolo Blahnik profite de la proximité de Genève avec la France et l’Angleterre pour s’y échapper le temps de week-ends et ainsi s’émanciper. Il s’inscrit ensuite un temps à l’École du Louvre de Paris, travaille parfois dans une boutique vintage de Londres et multiplie les rencontres avec celles et ceux qui feront le style de demain. “À l’époque, ce qui m’intéressait vraiment, c’était la scénogra- phie, je rêvais de devenir décorateur de théâtre et je dessinais beaucoup.” C’est l’un de ses dessins, tombé providentiellement entre les mains de Diana Vreeland, qui scellera son destin : “Elle m’a dit : ‘Ne cherchez plus, vous êtes fait pour créer des chaussures !’” Pour Manolo Blahnik, c’est une fra- cassante révélation. “J’ai toujours aimé les chaussures, c’est vrai. Cela me vient de ma mère. Elle voyageait beaucoup avec mon père, à Madrid, Marseille ou Monaco, et je me souviens qu’elle rapportait de ces voyages de nombreux souliers dont une paire qui m’a particulièrement marqué : la doublure était impri- mée dans un motif marocain doré, cela faisait comme de la feuille d’or! J’ai été subjugué. Je les ai gardés, ils sont chez moi! Ma mère avait même convaincu un cordonnier de l’île de lui fabriquer une paire sur mesure, rien que pour elle. Je me souviens avoir assisté, les yeux émerveillés, au processus de création. L’amour du soulier me vient de là, incontestablement.” Pour se lancer, le jeune créateur propose ses services à un autre talent de la scène du Swinging London dont tout le monde parle, le jeune Anglais Ossie Clark. Ce dernier lui commande les chaussures pour l’un de ses défilés, en 1973. Ainsi naît le modèle “Ivy”: une sandale ouverte verte et rouge dotée d’un haut talon, avec des liens évoquant des cerises remontant le long de la cheville. Difficile à maîtriser, cette technique créa- tive reste à ce jour la préférée de Manolo Blahnik. “Je suis réputé pour ces modèles avec les liens s’ajustant à la cheville, mais c’est très compliqué à faire! Tout est une question d’équi- libre. Cela peut vite faire vulgaire vous savez!” Aujourd’hui encore, il dessine à la main chacun de ses modèles, dans une petite pièce de sa maison dédiée uniquement à cela: “Je crayonne tout cela à l’encre, il faut faire attention, c’est très salissant...

Dandy Pop

Quant à l’inspiration, Manolo Blahnik confesse la trouver principalement à travers les livres, les films, le théâtre... et les actrices. “Lorsque j’ai découvert Paris, en 1961, j’ai passé ma toute première soirée au théâtre. J’y ai vu Dommage qu’elle soit une putain du dramaturge anglais John Ford mis en scène par Luchino Visconti, avec Alain Delon et Romy Schneider. Quels acteurs sublimes!” Dès lors, il voue une admiration sans faille pour la culture française. “J’ai beaucoup lu vos classiques, Lamartine, Balzac..., j’y ai passé mes nuits. Et j’aime également passer mon temps libre dans les musées. La beauté est partout...” Mais ce qui a sa préférence reste le cinéma, français évidemment : “Je me fais envoyer tous les derniers films, j’essaie de me tenir au courant le plus possible. J’adore André Téchiné, Patrice Leconte, Benoît Jacquot... Vous avez vu Les Adieux à la reine avec Léa Seydoux et Diane Kruger? Fantastique! Et il y a toute une génération d’actrices que je trouve tellement élégantes: Isabelle Huppert, Catherine Deneuve... Ou Stéphane Audran, quelle beauté! Oh et Dominique Sanda! Que devient-elle? Elle tourne encore?” Et sans le vouloir, lui-même est entré de plain-pied dans la pop culture quand, au tournant des années 2000, Carrie Bradshaw, l’héroïne de la série culte Sex and the City, ne jure que par ses divines créations. “Ah oui, on m’en parle encore! Mais je n’ai jamais regardé la série”, s’amuse-t-il. Les jeunes générations retrouvent, elles, son nom scandé dans les paroles de tubes, comme le Bonnie & Clyde de Beyoncé et Jay-Z. Quand il ne parcourt pas le monde pour ses obligations professionnelles – il a près de 320 points de vente à travers le globe –, Manolo Blahnik partage aujourd’hui son temps entre sa maison de Londres et sa résidence de Bath dans le Somerset, région du sud de l’Angleterre qu’il a découverte en 1983, lors d’un séjour avec la rédactrice de mode Grace Coddington. Et surtout, il continue plus que jamais à cultiver son propre style vestimentaire, toujours haut en couleurs et savamment élégant. Comme un signe de reconnaissance. “J’ai toujours aimé porter de la couleur, je trouve que cela apporte de la joie, non? Surtout en Angleterre où la météo est toujours si incertaine. Quand il pleut ou qu’il fait gris, je m’habille en rouge. Et je trouve qu’être bien habillé est une marque de respect, pour soi et pour les autres, vous ne trouvez pas? Les gens ne font plus d’efforts aujourd’hui, je trouve cela vraiment dommage.” Ses costumes, impeccablement taillés sur-mesure, viennent tous de Ander- son & Sheppard, tailleurs cultes du quartier londonien de Saville Row. Et celui qui confesse héberger plus de 25000 paires de chaussures dans sa maison de Bath n’a pas, pour l’instant, l’intention de lever le pied: “Je dessine près de 300 croquis de chaussures chaque saison!

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous