Industry Trends

Comment la mode passe au véganisme

Alors que Los Angeles s'apprête à accueillir la première fashion week végane, les modes de création et de consommation changent aussi outre-Atlantique.
Reading time 3 minutes

Si Los Angeles cèdera donc, du 1er au 4 février, aux sirènes du "fashion weeking", la ville a ses raisons. Pionnière du non-animal testing, plus grande métropole américaine à bannir la vente de vêtements et d'accessoires en fourrure, la Cité des Anges souhaite, sur quatre jours, offrir une vitrine aux labels ayant évincé de leurs collections toute composante d’origine animale. Hiraeth, collectif de mode végane co-créé par l’actrice Rooney Mara, mais aussi Enda, le label de la Japonaise Ran Enda lancé à New York en 2015… Le panel choisi est le fait de la styliste et activiste française Emmanuelle Rienda, qui pérennise avec cette première "Vegan Fashion Week" les travaux entamés sous l’incubateur de talents éthique The French Lab.

Longtemps taxé d’effet de mode, le véganisme oppose aux sceptiques sa réalité chiffrée. En France, sur les dix dernières années, la consommation de viande a baissé de 12% - selon une étude du Crédoc. Modification des habitudes alimentaires, modification des habitudes vestimentaires…. Quand l’évincement de la viande impacte les filières de production, celui du cuir, de la fourrure voire de la laine  secoue l’industrie de la mode : "Dans la mode comme dans l’alimentation, les consommateurs s’intéressent de plus en plus à des alternatives végétales.", souligne Pascaline Wilhelm, directrice mode du Salon Première Vision, dans une interview au Madame Figaro. "Nous voyons apparaître des matériaux de substitution à base notamment de déchets de fruits."

Pour concevoir sa nouvelle sneaker "Rio Bronco", la marque de baskets française Veja a développé un enduit à base de déchets de maïs. On lui préfère l’ananas chez Rombaut, label tout aussi sportswear venu de Belgique, où la semelle se veut en caoutchouc naturel, la tige, en cuir de feuilles d’ananassier… De la sneaker encore avec Yatay, jeune maison milanaise dont le menu aligne tissu recyclé, résine biologique et chanvre. Quant au prêt-à-porter ? S'il est végane chez certains - Stella McCartney, Nanushka, Kitri -, il végète sur la question du synthétisme, à l'impact environnemental non-négligeable. L'élevage accentue la pollution atmosphérique, mais les filières de production du simili-cuir sont loin d'être totalement vertes. Upcycler en plus d'être végane...pour être totalement éco-responsable. 

ROMBAUT 2019

Articles associés

Recommandé pour vous