International Watch Review

Vacheron Constantin Les Cabinotiers Grande Complication astronomique à sonnerie

« La Musique du Temps®», Ode à la musique
Reading time 15 minutes

• 19 complications pour cette pièce à exemplaire unique à double face et répétition minutes, qui affiche le temps solaire, sidéral et civil avec quantième perpétuel.
• Un calibre extra-plat de moins de 8 millimètres de hauteur.
• « La Musique du Temps® » : un assortiment de pièces à exemplaires uniques réalisées au sein du département Les Cabinotiers en hommage à l’art musical.
• Partenaires de la Maison, les Studios Abbey Road ont enregistré une empreinte sonore originale délivrée en guise de certificat unique pour chacune des pièces de l’assortiment « La Musique du Temps®».

Avril 2020 - Afficher entre autres le temps civil, solaire et sidéral et réunir 19 complications au sein d’un calibre extra-plat à répétition minutes font de cette montre à exemplaire unique un chef d’oeuvre d’esthétique et de technique horlogère. Montre astronomique, Les Cabinotiers Grande Complication astronomique à sonnerie – Ode à la musique est un hommage aux grandes lois de la Nature qui ne cessent d’exercer leur pouvoir de fascination.

Les Cabinotiers Grande Complication astronomique à sonnerie – Ode à la musique apporte une nouvelle démonstration de la maîtrise technique de Vacheron Constantin dans la réalisation de grandes complications horlogères. Intégrée à l’assortiment « La Musique du Temps® », qui réunit un ensemble de montres à sonnerie exceptionnelles, toutes pièces à exemplaires uniques pour collectionneurs, cette nouvelle réalisation est tout d’abord basée sur une répétition minutes qui a commandé la construction de l’ensemble du calibre.

C’est le célèbre calibre manufacture 1731 qui a servi de base de travail, en raison de la finesse extrême du mouvement pour une répétition minutes. Avec une hauteur de seulement 3,90 mm, le calibre 1731 dispose en outre d’une impressionnante réserve de marche de 60 heures et d’une magnifique qualité sonore, notamment grâce au développement d’un régulateur de sonnerie volant totalement silencieux. Ce mouvement a donc été retravaillé pour accueillir les complications astronomiques qui font de ce garde-temps une montre d’exception. Avec le nouveau calibre 1731 M820, cette pièce se voit ainsi dotée de 19 complications, une prouesse en soi, qui plus est logées dans une hauteur d’à peine 7,84 millimètres, sans déroger à l’esprit du mouvement extraplat de base. L’un des grands défis a été d’indexer l’équation marchante à la répétition minutes tout en conservant une très grande finesse.

Calendrier perpétuel et temps solaire

Cette montre est équipée d’un calendrier perpétuel qui s’exprime harmonieusement sur le cadran opalin bleu. L’indication de la date par aiguille serpentine dans un compteur azuré à 3h a été privilégiée dans un objectif de lisibilité. Les jours, mois et années bissextiles s’affichent discrètement par guichets entre 12h et 2h. A l’indication de la date répondent les phases de lune de précision et l'âge de la lune avec en plus, l'indication du jour/nuit qui est coaxiale avec l'indication des phases de lune, compléments logique et poétique du calendrier perpétuel. Le bas du cadran est quant à lui occupé par l’affichage par aiguilles des heures de lever et de coucher du soleil, complété par une mesure linéaire de la longueur du jour et de la nuit. Une ouverture à 4h laisse également apparaître un disque porteur des signes du zodiaque, des saisons, des solstices et des équinoxes.

Comme l’annoncent ces dernières fonctions, cette pièce est d’abord et avant tout une montre astronomique qui, outre le temps civil indiqué par les deux aiguilles centrales, affiche également les particularités du temps solaire. Comme la course de la Terre autour du Soleil décrit une trajectoire non pas circulaire mais elliptique et comme l’axe de la Terre est incliné à 24° par rapport au plan de son orbite, la durée entre deux passages du Soleil au zénith n’est pas la même tout au long de l’année. Cette différence entre le jour solaire (vrai) et le jour civil (moyen) de 24 heures, va de -16 à +14 minutes selon les époques de l’année pour ne coïncider que quatre fois sur douze mois. Appelée équation du temps, ou correction du temps en langage astronomique, cette information a depuis longtemps fasciné les horlogers. Et comme ces variations sont rigoureusement identiques d’une année à l’autre, il est ainsi possible de les programmer mécaniquement via une came annuelle qui commande l’affichage de ce différentiel de temps. Sur cette pièce, les maîtres horlogers de la Maison ont choisi la solution, plus rare et plus complexe, d’une équation marchante. Celle-ci consiste à afficher l’heure solaire également par aiguille des minutes centrale, ici symboliquement dentelée, et permet donc une lecture instantanée à la fois du temps civil et solaire.

/

Temps sidéral

Une montre astronomique telle que la conçoivent les maîtres horlogers de Vacheron Constantin n’en serait pas une sans indication du temps sidéral. C’est précisément ce que l’on trouve au dos de cette pièce avec une carte du ciel formée de manière ingénieuse par deux disques de saphir superposés. En prenant comme point de référence une étoile fixe de la voûte céleste, le temps que met la Terre à effectuer un tour complet de 360°, ou jour sidéral, est d’exactement de 23 heures, 56 minutes et 4 secondes. Comme la Terre effectue à la fois une rotation sur elle-même et une révolution autour du soleil, il lui faut en effet environ quatre minutes de moins qu’un jour civil pour retrouver son point d’origine par rapport à l’étoile donnée. Sur cette pièce, on peut ainsi observer en périphérie du premier disque inférieur mobile la minuterie du temps sidéral ponctuée des points cardinaux qui effectue donc une rotation conformément au temps sidéral.

Toujours sur le même disque, une ellipse bleutée décentrée sert de révélateur par transparence aux constellations de la voute céleste qui, elles, sont positionnées sur le disque supérieur fixe. Ce ballet mécanique révèle ainsi la vision du ciel en mouvement tel qu’on peut l’observer depuis un point donné de la Terre. Ce même deuxième disque est également porteur d’une ellipse blanche pour l’équateur céleste et d’une ellipse rouge pour l’écliptique. Alors que la première est une projection de l’équateur sur la sphère céleste qui tient compte de l’inclinaison de la Terre de quelque 24°, la seconde représente, d’un point de vue héliocentrique, le plan de l’orbite terrestre servant de référence aux coordonnées célestes. A noter enfin le cadran d’un bleu intense porteur des mois de l’année.

La différence entre le jour sidéral et le jour moyen implique que le disque inférieur mobile va effectuer une rotation complète en 23h56 minutes et 4 secondes de temps moyen.

Intégré dans un boîtier en or rose de 45 mm de diamètre pour une hauteur d’à peine 12,54 mm, parfaitement étudié pour loger le correcteur de la voute céleste et la gâchette de la répétition minutes sur la carrure, ce calibre est l’un des très rares mouvements à offrir simultanément une répétition minutes ainsi que le temps civil, solaire et sidéral.

A ce niveau de complexité extrême répondent les finitions exceptionnelles de cette pièce dont on peut admirer par transparence les Côtes de Genève d’un mouvement qui semble flotter dans les étoiles. Un bracelet en cuir d’alligator bleu nuit avec boucle ardillon termine l’élégance de cette pièce à la complexité captivante.

Les Cabinotiers : des créations à exemplaires uniques

Dans l’univers Vacheron Constantin, Les Cabinotiers représentent un département à part entière dédié à la personnalisation des pièces et aux créations uniques. Cette tradition remonte au 18ème siècle, époque où l’on appelait « cabinotiers » les maîtres horlogers qui exerçaient au sein d’ateliers baignés de lumière, dits « cabinets », situés aux deniers étages des édifices genevois. Entre les mains de ces artisans érudits, ouverts aux idées nouvelles du Siècle des Lumières, naissaient des garde-temps exceptionnels, inspirés d’astronomie, de génie mécanique et des arts. Ce savoir-faire, qui constitue la grande tradition horlogère genevoise, coule pour ainsi dire dans les veines de Vacheron Constantin depuis 1755.

Vacheron Constantin et les montres à sonnerie

Les montres à sonnerie occupent une place à part dans les complications horlogères. Depuis plus de deux siècles, ces mécaniques complexes sont mises à l’honneur par Vacheron Constantin. Aujourd’hui, le département Les Cabinotiers a choisi de leur rendre hommage au travers de pièces à exemplaires uniques regroupées sous la thématique « La Musique du temps® ».

Nées du besoin d’avoir l’heure dans l’obscurité à une époque où l’on s’éclairait à la bougie, les montres à sonnerie ont pris des formes diverses : répétition à la demande des heures, quarts ou demiquarts, ainsi que des minutes selon les versions ; grande et petite sonnerie (indication de l’heure et des quarts au passage, avec ou sans répétition de l'heure à chaque quart) et enfin à alarme (sonnerie programmable). Si chacune de ces complications a ses particularités, toutes ont en commun d’associer une mécanique intégrée et complexe à la bienfacture d’un instrument de musique en termes de résonnance, d’acoustique et d’harmonique. Avec un boîtier de montre équipé de son mouvement complexe comme seul relais musical, ces réalisations représentent de magnifiques performances de miniaturisation.

Chez Vacheron Constantin, la première mention d’une pièce à sonnerie remonte à 1806 : une montre de poche en or à répétition inscrite par Jacques Barthélemi, petit-fils du fondateur, dans le tout premier registre de production conservé au sein des archives de la Maison. Depuis cette date, les montres à sonnerie ou à répétition font partie de l’héritage de la manufacture, enrichi au fil des décennies.

/

Une empreinte sonore certifiée par Abbey Road Studios

L’univers sonore et la musique ont toujours eu leur place au sein des partenariats mis en place par la Maison. Le dernier en date est établi avec une institution du monde de la musique : les Studios Abbey Road, un nom intimement associé à des artistes iconiques tels que The Beatles, Adele ou Oasis. Vacheron Constantin y a lancé sa collection Fiftysix®, soutenue par la campagne « One of not Many ». Cette collaboration a également été mise à profit pour les pièces à exemplaires uniques «La Musique du Temps®»: Vacheron Constantin a confié aux studios Abbey Road l’enregistrement sonore de chacune des pièces.

« Au-delà d’un rapprochement très fort de valeurs, les Studios Abbey Road et Vacheron Constantin travaillent de manière étroite sur des collaborations créatives, regroupant créations de contenus et échanges d’expertises. Confier la réalisation des empreintes sonores de nos pièces à un expert internationalement reconnu dans l’univers de l’enregistrement fait partie intégrante des collaborations mises en place », explique Laurent Perves, CMO de Vacheron Constantin.

Pour la première fois, les montres à répétition issues de l’assortiment « La Musique du temps® », ont donc une empreinte sonore unique, enregistrée et certifiée par les Studios Abbey Road. « L’opportunité de capturer l’identité sonore de ces incroyables garde-temps est un privilège, explique Jeremy Huffelmann, Head of Partnerships des Studios Abbey Road. Ces enregistrements résument à la perfection le partage de valeurs telles que le savoir-faire, l’expertise et l’excellence qui définissent notre collaboration, tout en préservant la personnalité de ces pièces. »

Résumé

Les Cabinotiers Grande Complication astronomique à sonnerie – Ode à la musique apporte une nouvelle démonstration de la maîtrise technique de Vacheron Constantin dans la réalisation de grandes complications horlogères. Appartenant à l’assortiment « La Musique du Temps® », qui réunit un ensemble de montres à sonnerie exceptionnelles, cette nouvelle pièce unique est tout d’abord basée sur une répétition minutes qui a commandé la construction de l’ensemble du mouvement. C’est le célèbre calibre manufacture 1731 qui a servi de base de travail en raison de sa finesse extrême. Retravaillé pour accueillir un ensemble de fonctions astronomiques, le nouveau calibre 1731 M820 se voit ainsi dotée de 19 complications pour afficher, notamment, le temps civil, solaire et sidéral, chacun doté de son propre train de rouages auquel s’ajoute celui de la répétition minutes. Cette prouesse technique reste parfaitement en phase avec l’esprit du mouvement extraplat de base, étant donné que ses 600 composants prennent place dans un calibre dont la hauteur reste inférieure à 8 millimètres.

Articles associés

Recommandé pour vous