International Watch Review

Omega : la James Bond Watch fidèle au poste

Cette Omega Seamaster Diver 300M Édition 007 donnera le tempo de Mourir peut attendre, 25e épisode de la saga du célèbre agent au service de Sa Majesté.
Reading time 7 minutes

Bracelet Nato rayé brun foncé, gris et beige, index lumineux vintage, boîtier titane : ce sont les nouvelles caractéristiques de la dernière version de la « James Bond Watch ». Cette Omega Seamaster Diver 300M Édition 007 donnera le tempo de Mourir peut attendre, 25e épisode de la saga du célèbre agent au service de Sa Majesté.

La sortie prochaine du 25e épisode de la saga James Bond est l’occasion pour Omega de présenter sa nouvelle Seamaster 300M qui lui est spécialement dédiée – et c’est justice. En effet dans près de la moitié des épisodes des aventures du célèbre agent créé par Ian Flemmenig, les garde-temps portés par 007 sont siglés Omega ! C’est donc une Seamaster Diver 300M « Édition 007 » qui accompagnera de nouveau ce héros à l’écran. Lancée en 1993, la Diver 300M a bâti sa réputation au poignet des plus grands plongeurs professionnels et en tant que garde-temps officiel du service hydrographique et océanographique de la marine française. Mais également au cinéma en 1995, dans Goldeneye, au service du plus célèbre des espions britanniques.

 

Étanchéité à 300 m

C’est en étroite collaboration avec Daniel Craig et les producteurs du film que cette édition Bond 007 a été conçue par Omega. La montre de Mourir peut attendre se veut aussi un hommage au passé réglementaire de la manufacture Omega, tant au service de la Royal Air Force, avec les références Mark X et Mark XI, que plus tard de la Royale Navy avec la Seamaster 300 M, adoptées par nombres d’officiers britanniques. C’est pour cette raison que figure fièrement, à 6 h, le logo en pointe de flèche « Broad Arrow » qui signe la propriété des armées du Commonwealth. Celui-ci est également gravé sur le fond à côté d’une série de chiffres qui reprennent les nomenclatures des montres militaires originales : « 0552 » étant la référence de la marine, « 923 7697 » désignant une montre étanche, et la lettre « A » indiquant la présence d’une couronne vissée. Le chiffre « 007 » fait, bien sûr, allusion au nom de code de James Bond,  tandis que le nombre « 62 » est un clin d’œil à l’année de sortie du tout premier film de la saga.

Détail raffiné, le fond du boîtier est fermé par un système « Naiad Lock », offrant une étanchéité à 300 m et permettant, après les révisions, de garder parfaitement alignées toutes les indications qui y sont gravées. Par ailleurs, le verre saphir bombé donne la possibilité d’avoir un boîtier un peu plus mince que la version standard, notre homme d’action sachant rester élégant en toute circonstance. Léger et solide, ce boîtier de 42 mm a été façonné en titane, de même que le bracelet à mailles milanaises, fermé par une innovante boucle réglable, interchangeable avec le traditionnel bracelet Nato.

Côté cadran comme pour la lunette, l’aspect vintage a été particulièrement soigné par l’utilisation d’un LumiNova® brun – dit « tropical » par les collectionneurs –, qui vient garnir les larges aiguilles en forme de glaive, les index et les graduations de la lunette. La rotation de celle-ci est commandée par une couronne spécifique, à 10 h. Comme il convient pour une montre militaire, cette Seamaster 300M Série 007 est dénuée de guichet de date.

/

Certifié Master Chronometer par le Metas

Le mouvement qui l’anime est un calibre de manufacture Omega Co-Axial Master Chronometer 8806 à remontage automatique, répondant aux plus hauts critères de l’industrie horlogère en termes de précision, de performance chronométrique et de résistance aux perturbations magnétiques. Et ce, jusqu’a 15 000 gauss, ce qui est particulièrement remarquable. Le mouvement est équipé d’un échappement co-axial spécifique, d’un spiral en silicium et d’un balancier à inertie variable sans raquette en titane. Monté sur 35 rubis, il bat à la fréquence de 25 200 alternances par heure et son rotor bidirectionnel de remontage automatique lui assure une confortable réserve de marche de 55 heures. L’ensemble du mouvement reçoit des finitions soignées, les ponts sont rhodiés et présentent un motif spécifique côtes de Genève en arabesque. Il est certifié Master Chronometer par le Metas, institut fédéral suisse de métrologie, dont les contrôles se veulent plus complets que ceux du Cosc. La Seamaster 300M Édition 007 est de plus protégée par une garantie Omega de cinq ans.

Qui sait ? « Q », le responsable division recherche et développement de MI6 chargé de fournir James Bond en matériel très particulier, aura peut-être doté cette Seamaster 300M de fonctions spéciales, comme le grappin miniature utilisé dans Le Monde ne suffit pas, ou le laser intégré à la couronne, bien utile pour se sortir d’une situation périlleuse dans Meurs un autre jour. Mais gageons que la sobre beauté de cette montre, avec sa touche vintage de bon aloi, saura, une fois encore, séduire la belle et dangereuse Vesper Lynd.

 

Omega Seamaster Diver 300M Édition 007 : Boîtier en titane, 42 mm – glace saphir bombée traitée antireflet – couronne vissée – étanche à 300 m – Mouvement mécanique à remontage automatique Omega Co-Axial Master Chronometer cal. 8806 – Affichage des heures, minutes et secondes au centre –lunette rotative commandée par couronne à 10 h – cadran et insert de lunette en aluminium, chiffres, aiguilles et index luminescents traités Super-LumiNova® « tropical » – Bracelet en toile Nato ou en mailles milanaises titane – Garantie internationale de 5 ans.

Articles associés

Recommandé pour vous