Horlogerie

Montblanc : viser les sommets

by Vincent Daveau
30.06.2017
Animée par un esprit pionnier depuis 1906, Montblanc a révolutionné la culture de l’écriture grâce à des innovations sans égales. Aujourd’hui, cette maison, investie depuis 1997 dans la fabrication de montres, continue de repousser les limites de son savoir-faire en produisant ses garde-temps de façon traditionnelle au sein de ses manufactures du Locle et de Villeret, en Suisse.

Référence internationale en matière de luxe, qu’il s’agisse d’instruments d’écriture, de montres, de maroquinerie, d’accessoires, de parfums ou de lunettes, Montblanc met un point d’honneur à toujours donner le meilleur d’elle-même pour offrir aux adeptes de produits rares, de nouvelles fonctionnalités et des designs révolutionnaires empreints de tradition et d’élégance. Chacune des créations portant l’emblème à l’étoile – que l’on sait représenter les six glaciers descendant du Mont Blanc – est devenue célèbre en extrapolant les normes de qualité les plus exigeantes grâce au savoir-faire de ses artisans à l’œuvre dans ses manufactures. 

 

Exceller dans le métier horloger

Si la tête de l’entreprise est toujours basée à Hambourg, dans le nord de l’Allemagne, la société a, dès son lancement en 1997, choisi d’implanter sa première manufacture sur les hauts du village jurassien du Locle, au cœur même du berceau de l’horlogerie suisse de précision. Depuis l’intégration, en 2007, des établissements Minerva fondés en 1858, la structure même de la société a évolué, afin de fluidifier la production et d’optimiser les rendements. La rapide progression de l’entreprise et l’intégration à l’ensemble horloger Montblanc des ateliers Minerva – rebaptisés pour l’occasion « Manufacture Villeret » – ont imposé de revisiter la spatialisation des tâches horlogères au sein de la société. Aujourd’hui, la maison de maître située au Locle, bâtisse typiquement Art Nouveau, s’inscrit au cœur du dispositif horloger de Montblanc. Longtemps, elle a été la place où se concevait le design. Toutefois, pour des questions d’optimisation
de la performance, cette entité a rejoint Villeret où se trouvent la section Recherches & développements, l’atelier de prototypage et la production d’atelier T1.

Désormais, outre des bureaux, un lieu de réception, elle abrite toutes les activités autour de l’assemblage des montres. Dans les salles donnant sur le jardin, se regroupent les ateliers d’assemblage T2. Ces derniers, exempts de la moindre poussière, réunissent des opérateurs monteurs, dont une partie est diplômée en école d’horlogerie. Ces spécialistes assemblent les périphériques, réalisent le montage des cadrans et des aiguilles sur les mouvements. Ils procèdent également à l’emboîtage, au montage des bracelets et des fonds. En ces lieux, sont assemblées par îlots les pièces féminines, les séries classiques comme les TimeWalker et même les chronographes Rieussec. Seules les pièces à complications sont assemblées à Villeret. En revanche, ce sont les ateliers du Locle qui ont la charge d’effectuer les contrôles qualité avant expédition. C’est, en effet, dans cette belle demeure datant de 1906 que sont regroupés les ateliers T3 qui testent et vérifient l’étanchéité des pièces dans des cuves spécifiques. C’est également là que sont effectuées les validations de l’épreuve des 500 heures sur des machines de type « Cyclotest ».  

 

Les ateliers de Villeret 

C’est au cœur de la vallée de Joux, autre petit coin du Jura suisse réputé pour la qualité de son travail horloger, qu’est implantée la manufacture Villeret. Ce vaisseau amiral de l’horlogerie Montblanc a été confié à la maison par Richemont après le rachat par le groupe de la manufacture Minerva, en 2007. Cette entité est bien connue pour la belle facture de ses chronographes et autres instruments de mesure de temps courts à destination des sportifs et militaires. Très vite, la manufacture, dotée de bâtiments historiques totalement adaptés à la fabrication de composants, a concentré les ateliers de T0 (étampage, usinage, fraisage), ceux de T1 et une partie du T2. Il y a deux ans également, le bureau de recherche et développement, précédemment implanté au Locle, a été intégré à Villeret, ce qui permetait davantage de souplesse dans le travail et davantage de réactivité, les équipes pouvant échanger sans rallonger de façon inconsidérée les déplacements. La fluidité y a gagné et, par extension, la créativité. 

C’est à Villeret également que sont prototypés et testés les produits de nouvelle génération. Dans les ateliers ancestraux aux parquets en pointe de Hongrie et aux baies vitrées ouvertes sur la vallée et la lumière du Nord, les artisans, sélectionnés pour leur habileté et leur expérience, assemblent et contrôlent les chronographes, dont les principaux composants ont été créés sur place, de la boîte au calibre et des ponts au groupe de régulation balancier-spiral. Réalisés dans le respect des traditions, ces instruments sont à l’image de la maison et des artisans qui leur donnent vie : au sommet de leur art, dans le respect de la tradition, mais avec le regard toujours tourné vers l’avenir, afin d’offrir aux générations futures de pouvoir accéder à un luxe contemporain inscrit dans la durée.

Montblanc_Manufacture_Villeret.jpg
manufacture Minerva de Villeret
Montblanc_Manufacture_Villeret_Workshop.jpg
Balance_Spring_Assembly.jpg
Balance_Wheel_Assembly.tif
Balance_Wheel_Regulation_1.jpg
Circular_Graining.jpg
Final_Control.jpg
Montblanc_Laboratory_Test_500_3.jpg
Hands_Assembly.jpg
Technical_Development.jpg
Nicolas Baretzki.jpg
Nicolas Baretzki, CEO de Montblanc

Partager l’article

Articles associés

Recommandé pour vous