Hommes

Ed Westwick : "Je ne laisse rien au hasard"

Il est le protagoniste de "Enemy Lines" et vient de faire ses débuts de réalisateur avec un court métrage. Mais Ed Westwick, l'ancien playboy de "Gossip Girl", rêve également de bien plus. Par exemple, travailler avec Richard Linklater.
Reading time 8 minutes

Anglais, né en 1987, Ed Westwick est devenu célèbre pour le rôle de Chuck Bass, un petit playboy recommandable dans l'Upper East Side, dans la série télévisée Gossip Girl. Après un rôle dans Enemy Lines, Ed a présenté un court métrage de 18 minutes au Mammoth Film Festival en mars, Tether, qui marque ses débuts en tant que réalisateur.

Ed, vous êtes le fils d'un psychologue et d'un professeur d'université. Comment êtes-vous entré dans le monde du cinéma ?
C'est un amour né enfant, lorsque ma mère m'a amené pour la première fois voir une comédie musicale. J'étais fasciné par ce monde. La même chose s'est produite lorsque je regardais des films au cinéma ou à la télévision, je rêvassais. J'ai ainsi fait partie de groupes amateurs du théâtre, puis j'ai étudié au National Youth Theatre. C'est sur le tournage de Breaking & Entering d'Anthony Minghella que j'ai réalisé que jouer était ce que je voulais vraiment faire.

Était-ce un chemin facile ?
Pas du tout, surtout au début. J'ai rencontré les difficultés de ce métier. Entre un engagement et un autre, je ne savais pas quoi faire de ma vie, je ressentais aussi de la répulsion pour ce métier.

Qui vous a soutenu dans les moments difficiles ?
J'ai une famille unie derrière moi.

Vous avez également rejoint un groupe. La musique est-elle toujours importante pour vous ?
Très. Je viens de réaliser mon premier court métrage, Tether. Nous avons tourné pendant deux jours à Los Angeles. J'imagine une scène et l'associe immédiatement à un morceau ou à une mélodie qui peut exprimer l'atmosphère et les émotions que cette image suscite en moi. En plus de cela, j'ai écrit et enregistré quelques chansons. Qui sortiront bientôt, j'espère.

La notoriété est venue avec Gossip Girl... Vous attendiez-vous à un tel succès ?
C'était inattendu. Lorsque vous démarrez un nouveau projet, vous ne savez jamais où il vous mènera ni s'il réussira. Sur le tournage, cependant, j'ai réalisé que j'avais la chance de travailler avec des professionnels très compétents. De plus, le studio et le réseau de télévision nous ont soutenus dans tout. Voilà ce qu'il faut. En plus d'un peu de chance et de timing, en fait.

Quelle est l'importance de la chance dans votre parcours ?
C'est fondamental. Sans chance, rien de tout cela ne serait arrivé. Mais il ne s'agit pas seulement d'être au bon endroit au bon moment, ou d'avoir le script parfait entre les mains. Il est important de s'engager et de se concentrer sur l'objectif. C'est ce que j'ai toujours essayé de faire dans ma vie.

Quel type êtes-vous dans la vie de tous les jours ?
Réfléchi. J'aime m'attarder sur les choses, je laisse peu ou rien au hasard. J'aime me concentrer continuellement sur ma vie.

Votre plus grosse erreur ?
Tous mes tatouages.

Votre plat préféré ?
La cuisine chinoise. Mais l'italien n'est pas mauvais non plus.

Vous avez travaillé avec les plus grands noms du cinéma, dont Jude Law, Juliette Binoche, Leonardo DiCaprio, Felicity Jones. Qui vous a particulièrement impressionné ?
Sur mon premier set, Breaking and Entering, j'ai été envoûté par Juliette. Entre une scène et une autre, elle s'est frottée les mains et s'est pincé pour "se rafraîchir". Nous répétons souvent la même scène plusieurs fois, mais chaque clap doit sembler comme étant le premier. C'est ce que m'a appris Juliette. J'avais 17 ans et peu d'expérience. Ce fut l'une des plus grandes leçons d'acteur que j'aie jamais reçues.

Comment était-ce de travailler avec Clint Eastwood ?
De l'ensemble de J. Edgar avec M. Clint Eastwood, je me souviens d'une atmosphère très calme. Il a réussi à créer l'environnement parfait pour chaque acteur. Clint Eastwood ne dit pas "Action!", mais "je suis prêt quand tu es prêt" : c'est l'approche que j'ai adoptée pour mon film Tether. C'est le meilleur moyen de mettre l'acteur à l'aise. Avec la méthode traditionnelle, il semble devoir commencer une course automobile !

Avec quel réalisateur aimeriez-vous travailler ?
Richard Linklater. J'adore sa trilogie Before. J'ai littéralement perdu la tête pour le premier chapitre, Before Sunrise.

Êtes-vous intéressé par la mode ?
J'aime bien m'habiller. Je me fiche des tendances et du battage médiatique. Je suis invité à des événements très sympas. Même si parfois je n'aime pas ou ne comprends pas quelque chose, j'apprécie toujours les environnements où l'on peut s'exprimer librement. Je poursuis la même philosophie pour mes films.

Pouvez-vous nous en dire plus sur les deux films qui sortiront en 2020, Enemy Lines et Me, You, Madness ?
Enemy Lies est un film d'action sur la Seconde Guerre mondiale. Je joue un soldat américain, le major Kaminski. L'histoire est inspirée d'événements réels et se concentre sur une opération secrète de 1943 en Pologne. Me, You, Madness, d'autre part, est la comédie la plus romantique dans laquelle j'ai jamais joué. Il a un cadre contemporain, mais une bande-son des années 80. L'histoire conte l'histoire d'un tueur en série et d'un voleur avec un lien spécial. Dans une scène, je dois danser avec une robe de chambre en soie rouge.

Dans Tether, votre premier court métrage, vous étiez co-scénariste, réalisateur, producteur et acteur. Comment était-ce ?
Incroyable. Après des années passées derrière la caméra, j'ai finalement pu expérimenter. J'ai toujours voulu travailler sur la réalisation d'un film et j'aimerais continuer à le faire. J'ai adoré chaque étape depuis le début. Être artiste, c'est évoluer continuellement. Je me suis beaucoup inspiré de Fellini et j'ai choisi d'inclure dans le film Al Di Là, une chanson partiellement chantée en italien. Aucun pays ne produit des œuvres d'art aussi belles que les œuvres italiennes.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes aspirants acteurs ?
Essayez de faire quelque chose de nouveau. Tout a changé, tout change : n'essayez pas d'être quelque chose que vous avez déjà vu.

 

Photo Frédéric Monceau
Mode LUISAVIAROMA.com
Texte de Paolo Briscese
Styling Marco de Lucia
Hairstyle Virginie Pineda
Production Federica Fragnoli @ luisaviaroma.com

Téléchargez la version numérique de ce journal ICI .

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous