Hommes

Le meilleur de la New York Fashion Week version homme

Dans la lignée des défilés mixtes, la fashion week de New York n'a pas dérogé à la règle et a présenté, en parallèle des collections femme, quelques silhouettes masculines. Une vision ultra-mode de l'égalité des sexes ? Il semblerait que oui.
Reading time 2 minutes
Sies Marjan

Une grande première pour le créateur new-yorkais qui décline cette saison son romantisme rétro et sa vision androgyne pour le mâle. Pyjamas en soie irisée, fausse fourrure, vinyle et cool-attitude, le portrait du Sies Marjan boy détonne. Parce qu'il est singulier, mais aussi parce qu'il matche totalement avec ce que l'on recherche chez un homme : une part de féminité assumée. 

/
Michael Kors

Un spleen tailor-made, digne d'une semaine de vacances estivales entre les Hamptons et Knokke-le-Zoute, où les couleurs sont blanchies par le soleil et la douceur de vivre : le brief de Michael Kors pour l'été 2018 mêle exotisme et élégance aristocrate, une espèce de safari urbain sur les plages les plus chic du globe où l'allure est reine. 

/
Coach 1941

Toujours 100% yankee, nourri à l'American Dream et aux cartoons de MTV, l'homme Coach 1941 mise sur l'allure badass' pour l'été 2018. Beaucoup plus rock'n'roll qu'à l'accoutumée, on passe de l'enfant de choeur indécrottable du terrain de basket à sa version plus âgée, banane à la Elvis et regard de tueur, prêt à en découdre. Mais toujours avec style. 

/
CALVIN KLEIN

Depuis son take-over du géant américain du minimalisme, Raf Simons continue de faire évoluer la silhouette de l'américain de base, upgradant détails, couleurs, matières et volumes pour le rendre aussi hype que parfaitement en accord avec notre époque. La chemise western est revue en patchwork de satin, la santiag est monochrome (en daim bleu éléctrique), le costume est en tartan et le blouson en jean peint à la manière des collection Sterling Ruby du créateur. Une nouvelle définition des États-Unis revue à la sauce belge. 

/
Jeremy Scott

Fidèle à ses inspiration pop et éclectiques, Jeremy Scott éléctrise une nouvelle fois l'assemblée avec son sens provoquant du cool. Les monstres façon cartoon se mélanges aux surf-vibes et à des pièces tout droit sorties du vestiaire de la US Army, le tout patché, déchiré, imprimé, strassé ou rebrodé. Une chose est sûre, le designer ne nous laissera jamais de marbre. 

/

Articles associés

Recommandé pour vous