Hommes

il condottiere

by Julia Macarez
20.02.2017
Souriant, classe et détendu, Alessandro Maria Ferreri incarne l’élégance à l’italienne. Après vingt ans dans différents groupes de luxe, il fonde sa propre société de conseil, au service des plus belles marques du monde.

Par Julia Macarez
Photo Andre Lucas
Production Bold Restyle

“Quelle est la plus grande liberté que vous procure votre métier ?” La réponse fuse : “La liberté de me réveiller chaque matin dans une ville différente.” Moscou, Florence, Genève, Paris, Londres, etc. Alessandro Maria Ferreri explore les quatre coins du monde en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Pilote d’avion ? Non. Mais c’est pourtant bien la hauteur de sa vision, sa capacité à cerner les tendances avec recul qui le font voyager d’un pays à l’autre.
Ingénieur de formation, il passe vingt ans dans la direction de production, chargé du produit, du merchandising et du développement commercial worldwide pour différentes marques ou projets de luxe tels qu’Ae e, Hermès, Jean Paul Gaultier, Etro ou Only the Brave. Pour autant, rien d’audacieux à affirmer que sa carrière prend un tournant décisif avec e Style Gate, sa société fondée il y a un an et demi. Deux maîtres mots : réfléchir et agir, dans l’intérêt de marques et de créateurs de luxe du monde entier. Être l’homme juste au moment juste : cela pourrait sonner comme un credo. Car Alessandro Maria Ferreri passe de l’établissement d’une collection de vêtements à Rome au choix du lieu le plus magique de Polynésie pour une ouverture de boutique, puis il trouve un distributeur au Japon ou la personne idéale à Paris pour la création d’une ligne de manteaux. “Je ne pensais pas avoir ce genre de compétences, jusqu’au moment où j’ai arrêté de travailler pour une marque unique. Quand vous évoluez dans un groupe, vous avez un rôle, un chemin, une direction. Vous n’avez pas l’occasion de descendre de la voiture et de vous regarder de l’extérieur, car les décisions principales ont été prises pour vous au préalable.” Alessandro Maria Ferreri s’adapte donc à la réalité d’une marque, au rythme de son fonctionnement, aux enjeux quotidiens qui la conditionnent, qu’elle soit une start-up ou un poids lourd sur le marché du luxe. Tout cela dans la plus grande discrétion, le respect et le secret de chaque client, car le vaste univers de la mode devient un microcosme lorsqu’il s’agit de relationnel et de conseil. L’homme de toutes les marques, sans pour autant s’attacher à aucune.
Qui sont ses clients? Ou plutôt... qui ne l’est pas ? Marques indépendantes de haute couture en quête de directives sur le prêt- à-porter, labels américains en plein lancement d’une seconde ligne, collectionneurs d’anciennes automobiles européennes : de la plus grande maison à la plus petite entreprise récente, Alessandro Maria Ferreri transmet ses sages idées à tous.
Et si pour lui le luxe est avant tout une question de temps, il en va de même pour la vision qu’il a de son métier: “Ce que les clients recherchent n’est pas forcément l’importance de l’information mais plutôt le bon timing auquel elle leur parvient.” La journée ne démarre donc pas avec le traditionnel café/journaux, mais plutôt avec le duo café/networks : Business of Fashion, Reuters, WSJ, The Guardian, LuxuryDaily, The NY Times, The Fashion Law, etc. – des sites de référence qui lui permettent d’établir des liens entre son propre réseau et les informations de la journée, pour être en amont de ce qui se passera au sein de la sphère luxe.
Une vie à mille à l’heure, de celles dont on ne sait pas ce qu’elles apporteront le lendemain. Et lorsqu’il n’est pas pendu à son téléphone, en train de courir après un rendez-vous ou un avion, c’est entre Cuzco et le Machu Picchu que l’homme se ressource. Un “moment de rêve”, comme il l’appelle, dans un hôtel Belmond à plus de 4000 mètres d’altitude, ou au “plus beau Relais & Château du monde”, sur la petite île polynésienne de Tahaa. Chambres sur pilotis, eau cristalline, champagne bar Krug... “À mou- rir!” Un petit havre de paix, juste le temps de respirer, avant de repartir au secours des labels qui l’appellent. 

www.thestylegate.com 

Partager l’article

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous