Hommes

Brésil : Les dessous d'un maillot mythique

Qualifiée pour les quarts de finale, la Seleçao habillée par Nike arbore un maillot au riche héritage. Récit.
Reading time 5 minutes

Au pays merveilleux du football, le jaune est synonyme d'allégresse. C'est la couleur ensoleillée du maillot brésilien. Une promesse de samba, de dribbles chaloupés et de Joga Bonito. L'antithèse éclatante des maillots souvent sombres portés par tant de sélections de l'Ancien Monde. Mais au fait, pourquoi les brésiliens jouent-ils en jaune ? Comme souvent en matière de ballon rond, ce sont les défaites qui redéfinissent le cours de l'Histoire… De 1930, date de la première Coupe du Monde en Uruguay, à 1950, la Seleçao arborait une élégante tunique blanche et bleue avec l’écusson de la fédération brésilienne flanqué sur le cœur. Il faudra attendre la Coupe du Monde 1954, disputée en Suisse, pour voir le onze brésilien évoluer en jaune. Qu’a-t-il bien pu se passer entre temps, pour que la fédération auriverde change subitement les couleurs de son maillot ? Pour le comprendre, il faut revenir à la Coupe du Monde 1950. Après avoir écrasé à domicile la Suède 7-1 puis l’Espagne 6-1, c’est tout un pays qui s’attend à voir ses footballeurs remporter la plus belle des compétitions. Sur le front de l’attaque, les bondissants Ademir et Chico font des merveilles. Ils sont censés ne faire qu'une bouchée de l'adversaire uruguayen, ultime obstacle sur la route du succès. Le 16 juillet 1950, dans un stade du Maracana rempli à ras bord, les deux équipes entrent en scène. Certain de sa force, le Brésil inscrit le premiers but par l’intermédiaire de Friaça. La foule exulte ! Mais l’euphorie ne dure qu’un temps… A la soixante-sixième minute, l’Uruguay égalise par l’intermédiaire de Juan Alberto Schiaffino. A la 79ème, lorsque l’ailier du CA Penarol aggrave le score, c’est la stupeur. Le Maracana se tait. Il comprend que le Brésil a perdu. Lorsque le coup de sifflet final retentit, on remet la Coupe du Monde au capitaine uruguayen sur le bord du terrain, en catimini... Il se joue là comme un drame national ! Au lendemain de la défaite, toute la nation auriverde cherche des coupables. On maudit le gardien de but malchanceux de la Seleçao, Moacir Barbosa Nascimento, devenu bouc-émissaire de tout un peuple. Jusqu’à sa mort, en 2000, les Brésiliens lui firent payer la défaite…

On retrouve de nombreux symboles autochtones dans le maillot de la Seleçao : le jaune pour évoquer la richesse minérale du Brésil. Le vert pour symboliser la forêt amazonienne. Le bleu pour le fleuve Amazone et le blanc comme un rappel des étoiles présentes sur le drapeau.

Et puisque les symboles comptent en pareilles circonstances, le maillot blanc est lui aussi remis en cause. Puisqu'il ce dernier ne respecte pas les codes couleurs du drapeau national, on le déclare "insuffisamment patriotique". Dans la hâte, la fédération brésilienne de football se met en tête d’organiser un grand concours pour le redessiner. Aldyr Garcia Schlee, un jeune homme de 19 ans, propose alors un maillot jaune à parements verts, un short bleu et des chaussettes blanches – quasiment le même qu'aujourd’hui - et remporte le concours ! On retrouve de nombreux symboles autochtones dans les couleurs du maillot de la Seleçao : le jaune pour évoquer la richesse minérale du Brésil, en particulier l’or. Le vert pour symboliser l’Amazonie, véritable poumon de la planète. Le bleu pour le fleuve Amazone et le blanc comme un rappel des étoiles présentes sur la bannière nationale. Autant de symboles réinterprétés dans un joli classicisme par Nike, équipementier historique du Brésil. Résolument épuré, le maillot 2018 de Neymar et ses coéquipiers reprend les codes habituels : un jaune un peu plus foncé que d'habitude, assorti d'un col vert. C'est au niveau des détails que Nike a innové. A l’intérieur du col, on retrouve ainsi une pastille inspirée du globe présent sur le drapeau du Brésil. Celle-ci est entourée du message "VOCÊ É SELEÇÃO" (« Tu es la sélection »), une manière de fédérer le peuple brésilien derrière sa sélection. Autre nouveauté bienvenue : des motifs en zigzag au niveau des manches, à peine perceptibles. Une jolie façon de réinterpréter le mythe, sans le dénaturer !

/

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous