Femmes

Nicole Della Costa : "je traque le surréalisme"

by Brazil
27.02.2017
Artiste, mannequin, actrice... La jeune brésilienne basée à New York vient aussi de réciter un de ses poèmes au très respecté MoMa. Rencontre avec la nouvelle slasheuse qui monte.

Débarquée à New York il y a cinq ans pour étudier le cinéma, elle est finalement tombée amoureuse des Beaux Arts. Aujourd'hui, Nicole Della Costa a commencé à travailler avec l'artiste allemand Janaina Tschäpe, et elle a également étendu ses compétences à des performances de mannequin et d'actrice pour "Dazed & Confused", "Purple Magazine" et "Nowness". Rencontre dans son appartement de Williamsburg.

AurélienNobécourt_NicoleDellaCosta_FinalSelect03.jpg



Parlez-nous des chemins qui vous ont menée à l'art...

J'ai commencé à travailler pour la chaîne Woohoo quand j'avais 17 ans. Beaucoup de gens que j'ai interviewés sont devenus de grands amis. Un beau jour, j'ai commencé à me demander si c'était ce que je voulais vraiment faire de ma vie. Puis j'ai déménagé à New York. J'ai découvert "Pioneer Works", un centre d'art et de science à but non lucratif, dirigé par l'artiste Dustin Yellin, qui est devenu un grand ami et mentor. C'est là que j'ai constaté que l'art peut vivre au-delà des galeries et des grandes institutions et être un projet social, dans le but de produire et de partager des informations.

AurélienNobécourt_NicoleDellaCosta_FinalSelect02.jpg


En quoi New York a-t-elle changé votre vie ?

Mon déménagement a New York m'a apporté un tourbillon de doutes et de certitudes. L'un d'eux, c'est que la meilleure façon pour moi de communiquer est de communiquer à travers l'art. J'ai aussi pris un peu de recul pour analyser ce que je voulais vraiment et quel rôle je voulais tenir dans cette ville.

Décrivez-nous votre processus créatif...

Je traque le surréalisme dans le banal, souvent dans des interactions verbales. L'écoute est la première partie du processus de création : je glane des phrases, des mots et je les transforme en images. Italo Calvino est, pour moi, une influence majeure dans la manière de jouer avec les images et les récits. 

Comme réciter un poème au MOMA ?

C'est l'une des choses les plus cool que j'ai jamais faites dans ma vie. Ce fut une journée de spectacles orchestrée par India Menuez et son collectif. J'y suis allée sans le dire à personne et j'ai récité "Summer", un poème inspiré par Gertrude Stein.

Photos: Aurélien NOBECOURT

Partager l’article

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous