Femmes

Laure Heriard Dubreuil : "Catherine Deneuve m'a toujours inspirée"

Avec The Webster, elle a offert au bon goût un baromètre aussi bcbg que cool. New-Yorkaise née à Paris, aujourd'hui mariée à l'artiste Aaron Young, Laure Heriard Dubreuil vient d'inaugurer sa première adresse dans la Big Apple, où la mode le dispute à l'art.
Reading time 4 minutes

Stylisme : Vanessa Bellugeon

Photographie : Sergio Corvacho

Assistante styliste : Gabriela Cambero

Qui vous a donné le goût de la mode ?
Les femmes qui m'ont entourée et qui m'entourent : ma maman, ma grand-mère mais aussi ma marraine brésilienne... 

Votre style... en trois mots ?
Bourgeoise mais twistée.

Citez-moi une icône qui a influencé et influence votre style ?
Catherine Deneuve en Yves Saint Laurent. 

Un accessoire dont vous ne vous séparez jamais ?
Ma bague de fiançailles dessinée par mon artiste de mari, Aaron Young.

En mode, vous êtes plutôt du genre fidèle ou volage ?
Très fidèle. 

Une tendance que vous approuvez ?
Les couleurs vives.

Et une autre que vous réprouvez ?
Le total look.

Vous avez lancé votre propre marque de prêt-à-porter, LHD, inspirée de vos voyages. Quels voyages, en particulier ?
Des voyages au soleil, à commencer par Miami, bercail de The Webster. 

Que trouve-t-on dans cette fameuse valise "LHD" ? 
Beaucoup de couleurs vives ! Des robes imprimées en soie et en coton, un petit short à rayures, un sac en paille brodé de coquillages Heimat Atlantica, un bikini Eres, des derbys blanches Pierre Hardy, des lunettes de soleil Linda Farrow, des boucles d'oreille Aurelie Bidermann, un chapeau Maison Michel... Et puis des livres et de la crème solaire.  

Quelles destinations rêvez-vous d'atteindre un jour ?  
Le Bhoutan.

Pourquoi avoir choisi New York plus qu'une autre ville pour le nouveau The Webster ? 
Parce que j'y vis...et que cela fait des années que nos clients de New York nous le réclament !

Où vous croise-t-on dans la Big Apple ?
Aux airs de jeu du Washington Square Park avec mon fils Marcel, ou en famille au MoMA, au Brooklyn Museum, au Musée Guggenheim, dans les galeries d'art de Chelsea... Et puis au restaurant italien Sant Ambroeus sur Lafayette Street.

En matière de design, vous plutôt extrême modernité…ou vintage assumé ?
Vintage revisité et assumé !

Parlez-nous de "Webster Home", la nouvelle ligne lifestyle que vous lancez.
Nous avons sans cesse des demandes de nos clients qui se sentent comme à la maison au Webster et qui souhaiteraient "emporter un petit souvenir". Nous avions commencé en lançant des bougies, puis nous avons étendu notre gamme au mobilier, à des objets tels que des vases vintage, des sets de table aux imprimés inspirés par nos papiers peints...

Vos bonnes adresses en art et design ?
First Dibs, Ebay... et tous les marchés aux puces ! 

Pour quelles boutiques de mode, friperies, concept-stores... vous arrive-t-il de faire des "infédilités" au Webster ? 
C Madeleine et Resee. 

Quel est l'objet que vous rêvez d'acquérir ?
La Porsche 911 de 1968 : un fantasme total car je ne conduis même pas !

Si vous deviez emporter trois choses sur une île déserte ?
Un bikini, de la crème solaire et un livre.

Sur votre table de nuit, je trouve ?
Un dessin fait par mon fils, une carafe d'eau et une crème pour les mains. 

The Webster, 29 Greene Street, New York. Collections "LHD" disponibles en exclusivité au Bon Marché Rive Gauche. 

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous