Femmes

Hommage à Azzedine Alaïa

by Adrienne Ribes-Tiphaine
18.11.2017
Comment ne pas l’aimer? Comment ne pas être triste de sa disparition? A 77 ans ans, le couturier franco-tunisien s’est éteint ce samedi 18 novembre 2017.

Comment ne pas l’aimer? Comment ne pas être triste de sa disparition? A 77 ans ans, le couturier franco-tunisien s’est éteint ce samedi 18 novembre 2017. Hors norme et hors sytème, il avait su injecter l’élégance, un certain classicisme, une sacrée dose de féminité et de pluralité à la mode et aux silhouettes qu’il proposait aux femmes depuis presque 40 ans. On a toutes et tous en tête ses fameux body et ses petites robes en maille très moulantes. Fils d’agriculteurs, né en tunisie, on ne sera jamais quand exactement, il aimait plutôt dire « "J'ai l'âge des pharaons. Les dates, je les ai effacées", il suit des études aux beaux arts de Tunis dans la section sculpture. Il devient couturier, avant de déménager à Paris au milieu des années 50. Là il entre d’abord chez Dior, époque Saint Laurent, mais ne reste que 5 jours. C’est véritablement chez Guy Laroche, pour qui il travaille deux saisons, qu’il réalise des robes pour ses premières clientes. La comtesse de Blégiers, chez qui il loge et qui contre des vêtements lui loue une chambre, lui ouvre son cercle. Des amitiés se nouent aux moments des essayages : Louise de Vilmorin, Arletty… Il se frotte alors à ce qui est pour lui l’esprit du chic parisien dans une vision sublimée du corps féminin, auquel il ajoute le piquant à l’élégance des années 30 et le sexy au chic des années 50. Son fan club s’étoffe de noms célèbres : Cécile de Rothschild, Greta Garbo, Claudette Colbert. En 1965 il emménage rue de Bellechasse, le cercle d’initiés s’agrandit. En 1980 il lance sa griffe, loin de mesurer ce que l’on appellera « le phénomène Alaïa ». Un an plus tard son révolutionnaire tailleur de cuir noir est photographié dans tous les journaux. La mode est alors, détachée de la notion de business et de marketing. Souffle un vent de liberté et de créativité. Mannequins, clientes, romancières, artistes se croisent à sa nouvelle adresse, un ancien hôtel de voyageurs, rue du Parc Royal, réaménagé par son amie Andrée Putman.  C’est l’époque des super tops et des nuits du Palace, de la fête et des mélanges. Farida, Grace Jones deviennent ses fidèles muses et ambassadrices. Tina Turner chante en Alaia. Naomi Campbell et Cindy Crawford l’adoptent et le surnomment « papa ».     

En 1988, il ouvre des boutiques à Beverly Hills et à New York et est rapidement surnommé «King of Cling» par les médias. 1990, est une décennie où le couturier se fait rare, mais il conserve toutefois une clientèle privée.  En 2000 il conclut un accord avec le groupe Prada, ce qui lui permet de revenir sur le devant de la scène. Il rachète sa marque au groupe italien en 2007,  et se rapproche du groupe Richemont. Mais la liberté reste son cheval de bataille. Il contourne le diktat de renouvellement systématique à chaque saison, il peut proposer la même robe deux années de suite, défile en dehors de tout calendrier, et ne se prête jamais au jeu de la promotion ou de la publicité. « Je peux commencer une robe ou une veste une année et avoir le sentiment de l’achever dix ans plus tard. En m’opposant au rythme superficiel des saisons et des défilés, j’ai été l’un des seuls à oser rompre avec ce calendrier qui méprise la création au profit du rendement », a-t-il déclaré en mai 2013 quelques mois avant la rétrospective qui lui était consacrée au Palais Galliera. Nous l’avions alors croisé dans son éternel ensemble noir, pantalon et veste à col mao, devenu son uniforme. 

Et même quand on 2011, on lui propose de reprendre la direction artistique de Dior, après le départ de John Galliano, il refuse. Ni provocateur, jamais clivant, le petit homme incarnant la gentillesse, créait de la  beauté avec précision et amour. « Il était un artisan au sens noble du terme et un homme farouchement attaché à sa liberté, il était un ami » a salué aujourd’hui François -Henri Pinault, président directeur général de Kering. 

Partager l’article

Articles associés

Recommandé pour vous