Femmes

Sophie Mechaly : "Je crée comme au premier jour”

by Léa Trichter-Pariente
31.01.2017
Marque attachante et déjà générationnelle, Paul & Joe célèbre vingt ans d'existence. Rencontre dans l'appartement parisien de sa fondatrice, Sophie Mechaly, à l'énergie solaire contagieuse.

Photographie Maxime Leyvastre

img15.jpg
img17.jpg
img19.jpg

Le rendez-vous est donné à deux pas des Invalides. Sophie Mechaly arrive, pressée et enjouée. Elle est en retard ; retenue au bureau, elle a dû braver la circulation parisienne. Chaleureuse et spontanée, elle instaure d’emblée cette naturelle bonne humeur qu’on retrouve dans chacune de ses créations. Elle semble n’avoir rien perdu de l’optimisme et de l’enthousiasme de ses débuts. Née à Paris, elle a grandi rive gauche, dans une famille aimante et discrète dont les valeurs principales sont la rigueur et le travail. Seconde d’une fratrie de trois enfants, elle commence après le bac des études de gestion à la fac, qu’elle interrompt très vite. Sa mère, paniquée, lui trouve un stage chez Azzedine Alaïa. “Lorsque je suis arrivée rue de Bellechasse, j’ai été émerveillée par ce grand couturier, par ses muses qui passaient et par ses créations. Mes tâches étaient multiples, j’y suis restée un an. J’ai d’ailleurs perdu sept kilos, je rêvais de pouvoir rentrer dans les vêtements. Mon premier achat a été un body polo ultra-moulant.” 

Après cette expérience, Sophie intègre Garage, l’entreprise de ses parents, connue pour ses chemises imprimées, cultes dans les années 1980. “Ils m’ont tout appris.” Elle y fait ses armes durant six ans et occupe tous les postes, de la création à la production, jusqu’au commercial. Mais l’aventure s’achève lorsque son père décide de céder l’affaire. Mariée et déjà mère de deux jeunes enfants, elle ne tarde pas à lancer sa propre griffe, Paul & Joe. Elle y propose une garde-robe masculine moderne, originale et colorée, inspirée de la série télé Happy Days. Le succès immédiat est tel que ses acheteurs l’incitent à imaginer une collection pour femmes. On est en 1997. Depuis, la créatrice ne cesse de décliner, saison après saison, le style rétro-romantique qui lui est cher et qu’adoptent des célébrités telles que Gwyneth Paltrow, Julia Roberts, Kate Moss, Alexa Chung, Vanessa Paradis ou, plus récemment, la duchesse de Cambridge. Son plus joli souvenir ? Le tournage dans sa boutique londonienne de Notting Hill du film Match Point de Woody Allen avec Scarlett Johansson. 

“J’imagine des looks et des silhouettes pour des femmes indépendantes, volontaires, libres, ouvertes et joyeuses.” Sophie Mechaly

Persévérance et passion

Robes chemisiers, combi-pantalons, tops lingerie à volants, chemises et manteaux d’homme sont ses best-sellers. Si l’attitude a quelque peu évolué, l’allure de la femme Paul & Joe, féminine, gaie et toujours chic, est restée dèle à ses racines, ne flirtant pas avec les tendances passagères d’une saison. Ses collections sont le reflet direct de son tempérament de battante. “J’imagine des looks et des silhouettes pour des femmes indépendantes, volontaires, libres, ouvertes et joyeuses.” Le personnage qui ne cesse de l’inspirer? Olivia Newton-John dans Grease. Jouant sur les codes masculins-féminins, sa collection printemps-été 2017 se veut plus street et plus sport qu’à l’accoutumée, mais la touche Paul & Joe, détails de dentelle, broderies et autres nœuds, est toujours là. “J’ai voulu pour l’été des silhouettes plus oversize et moins lle.”

Face à la fast fashion, le dé de la créatrice est triple: “Rester fidèle à l’identité singulière de la marque, être plus créative que jamais et produire des pièces de très grande qualité.” Renouant avec une pratique de ses débuts, Sophie multiplie dans ses boutiques les achats extérieurs qu’elle appelle ses marques “invitées” : “Je veux partager mes coups de cœur avec mes clientes.” Aux côtés de ses propres collections, on trouve ainsi les chemises brodées Marie Lichtenberg, les pyjamas Pyj Paris, les basiques Nili Lotan, les jeans R13 ou encore les souliers de Camilla Elphick. “Nous allons également proposer une collection de sacs en collaboration avec Eastpack.” 

Aujourd’hui devenu un mini-empire, Paul & Joe est une marque lifestyle, construite à l’image de sa fondatrice. Avec une dizaine de boutiques et une centaine de points de vente dans le monde, l’entreprise comprend les lignes Paul & Joe homme et femme, Paul & Joe Sisters, Paul & Joe Eyewear (dont le succès a été foudroyant en France et à l’étranger) et Paul & Joe Beauté (avec une gamme skincare et make-up développée par le géant de l’excellence japonaise Albion). Persévérance et passion sont ses maîtres mots. “Je crée comme au premier jour, dans l’idée de susciter émotion et séduction.”

Malgré son côté femme-enfant naturel et fantaisiste, Sophie n’en est pas moins une femme d’affaires aguerrie. Licences, campagnes de pub, look books, dé lés, rien ne lui échappe. “J’ai toujours adoré les shootings des campagnes de pub. Choisir le photographe est un grand moment pour moi. J’ai travaillé avec des photographes au talent immense, tels que Patrick Demarchelier, Terry Richardson, Mikael Jansson, Corinne Day et bien d’autres.” 

OF1011_135-1.jpg
OF1011_135-3.jpg
OF1011_135-4.jpg

Une fibre artistique

Œil aiguisé, curiosité insatiable et flair hors pair, la créatrice capte l’air du temps comme personne. Imitée par la suite, elle est la première, en 1998, à imaginer des boutiques-appartements, à l’ambiance ultracosy mixant papier peint japonisant, mobilier rétro et amulettes kawaï, dont elle chinait personnellement chaque pièce comme si elle meublait son propre appartement. Arty et chaleureux, plus épuré, l’appartement parisien de Sophie vient d’être rénové par ses soins. La décoration, éclectique, mêle volontiers meubles design vintage et contemporain, photos et œuvres d’art. La maîtresse des lieux a aussi gardé certains détails animaliers et girly – sa marque de fabrique. “Après dix ans de vie dans le même appartement, j’avais accumulé de très nombreux objets dont je me suis séparée.” Les œuvres d’art, toutes ludiques et hyper-visuelles, animent les différentes pièces de la maison: la banquette peluche des frères Campana dans l’entrée, les sculptures de François-Xavier Lalanne, le dessin de Yoshitomo Nara et l’installation faite de tapisserie et de néons de Claude Lévêque dans le salon, le cheval à bascule du même artiste dans le salon télé, ou encore le bureau à motif papillon signé Fornasetti dans la chambre à coucher. “C’est ma pièce favorite. C’est là que tout se passe.” Si elle adore recevoir, la cuisine, très peu pour elle. “Mais je fais très bien les courses !”

Férue d’art et d’artisanat, Sophie a toujours eu une fibre artistique. “Enfant, je jouais du piano et je faisais de la danse classique. J’ai passé de nombreux concours, je rêvais de devenir pianiste. Aujourd’hui encore, je suis une fan d’opéra.” Le meilleur moment de sa journée est le soir, lorsqu’elle rentre chez elle, où elle vit avec son plus jeune fils, Paul. “On se raconte notre journée puis on dîne. Il cuisine très bien.” Son aîné, Adrien, travaille non loin d’elle. Il a monté sa marque de prêt-à-porter unisexe, Garçons Infidèles, au mood punk new wave. Le noyau dur de Sophie se compose de son fidèle attaché de presse, Jean-Marc Fellous, de ses deux meilleures amies d’enfance, de ses deux frères, qui vivent à l’étranger, et de ses parents, dont elle est très proche.

Épicurienne, elle aime la bonne nourriture, les jeux de cartes, les feux de bois, les balades à vélo et le sport en général. Si Tel Aviv est son havre de paix, Tokyo la fascine, Los Angeles et Capri la dépaysent. En France, elle aime faire du ski à Val Thorens ou se reposer un week-end dans le Luberon. “Je voyage dès que j’en ai l’opportunité et le temps.” Prochaine étape, les quinze ans de Paul & Joe Beauté et, pourquoi pas, la création d’une fragrance... dont on imagine déjà la senteur. 

Partager l’article

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous