Femmes

Comment votre slim est devenu has-been

by Mathilde Berthier
19.12.2016
Passés du slim au skinny en l’espace d’une décennie, les créateurs régressent une fois de plus. Sur les podiums comme en street-style, les jeans mom et flare damnent le pion à l’éternel denim seconde peau. Et si certains designers jouent pleinement le jeu de l’allure rétro, d’autres s’attachent à révolutionner les jeans cultes des années 1970 et 1980. 2017 sonne-t-il la fin du slim ? La réponse ici.
Le retour du Mom Jean

Symbole ultime des années 1980, le mom jean revient en force cet hiver. Coupé dans une toile épaisse et taillé juste sous le nombril, le mom a la particularité d’être doté d’une certaine amplitude au niveau des hanches. Les grandes icônes eighties, au rang desquelles Madonna, Lady Diana ou encore Cindy Crawford, l’associaient la plupart du temps à des cropped tops en coton léger, pour adoucir la rigidité de la toile brute. Ce dress code, ouvertement rejeté dans les années 2000, retrouve ses lettres de noblesse dès l’automne-hiver 2014/15 : une floppée de créateurs, dont Karl Lagerfeld chez Chanel ou encore Nicolas Ghesquière chez Louis Vuitton reprennent le schéma mom jean / cropped top, et le dépoussièrent à grands coups de matières techniques, colorama flashy et accessoirisation ultra-contemporaine.

L’avènement du flare

Ce dérivé du jean pattes d’éléphant est l’un des parangons des années 1970 : fuselé jusqu’aux genoux puis évasé sur la jambe, le denim flare concentre à lui tout seul la féminité du slim, l’esprit rétro du mom et l’allure hippie chic du pattes d’éléphant. Absent des catwalks et des street-styles depuis près de trente ans, le flare est l’un des phénomènes de la fashion week printemps-été 2017 : il déferle ainsi sur les podiums de Stella McCartney, Marni, Coach, Emilio Pucci… Côté rue, Alexa Chung, Chiara Ferragni, Leandra Medine l’adoptent à la sortie des défilés, heureuses de rompre enfin avec l’hégémonie du slim. Plus que par ses cadets, le jean slim est donc ouvertement concurrencé par ses ancêtres : le monopole du denim près du corps, fer de lance d’Hedi Slimane chez Dior Homme puis chez Saint Laurent, est mis en péril par des pièces ouvertement nonchalantes, qui assument leur aspect vintage pour mieux se tourner vers le présent.

C'est bien connu, la mode est un éternel recommencement. Vu chez Saint Laurent par Anthony Vaccarello, mais aussi chez Isabel Marant et Givenchy, la toile seconde peau tient encore la barre... Le slim est en mort : vive le slim !

Partager l’article

Articles associés

Recommandé pour vous