Fashion Week

La fashion week de New York est-elle dépassée ?

L'évènement débutait jeudi avec le défilé Tom Ford, l'un des derniers "cadors" à figurer au calendrier. Et continue de battre son plein.
Reading time 3 minutes
Tom Ford automne-hiver 2019-2020 © Amber De Vos/Getty Images

En six mois, la Fashion Week de New York a perdu beaucoup de ses piliers. Raf Simons, à la tête de Calvin Klein, aura finalement quitté la maison américaine moins de deux ans après son arrivée. Le designer belge avait pourtant "re-boosté" la semaine en proposant des défilés aux collections abouties sur fond de décors spectaculaires (on pense notamment au fameux catwalk recouvert de pop corn). Il n’est pas le seul à manquer à l’appel. Victoria Beckham présente désormais ses collections lors de la fashion week de Londres, alors que les soeurs Mulleavy de Rodarte ont défilé à Los Angeles, le 5 février dernier. Monse, Fenty x Puma by Rihanna, Tommy Hilfiger, Zac Posen, Alexander Wang, Thom Browne ou encore Altuzarra sont aux abonnés absents et défilent lesquels à Paris, lesquels en marge du calendrier. 

Pourtant, avec Ralph Lauren, Jeremy Scott, Prabal Gurung, Proenza Schouler, Coach, Michael Kors ou encore Marc Jacobs, la fashion week de New York fait face. Ces derniers n’hésitent pas à faire appel aux célébrités les plus influentes, dont la présence en front row garantit à chaque défilé le rayonnement médiatique nécessaire: "La fashion week de New York relève plus du business que de la création depuis longtemps déjà", commente Eugene Rabkin, éditeur du magazine StyleZeitgeist.

Un renouveau pourrait-il venir de marques misant sur la diversité ? Probable... Ainsi, le concept store américain 11 Honoré n’a pas hésité à briser les codes lors de son dernier défilé. Le show était mené par l’actrice trans' Laverne Cox, entourée de tops plus size de toutes origines. Sur Instagram, le succès fut immédiat. Le CFDA (le syndicat americain de la mode, ndlr) encourage à multiplier ce type d'initiatives...comme il encourage les projets à teneur éco-responsable. À noter, enfin, que le calendrier mélange désormais les défilés "femme" et "homme", ce qui alimente l'émulation. Selon Eugene Rabkin, il n'en demeure pas moins que le manque de soutien financier, que ce soit de la part du CFDA ou de la ville de New York, reste un frein certain à la création new-yorkaise. 

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous