Fashion Week

Didit Hediprasetyo, fer de lance de la couture indonésienne

Drapés corsetés, fourreaux structurés, dentelles renouvelées, la collection Printemps-Eté 2019 du couturier indonésien Didit, dévoile un créatif moderne à l’écoute des envies occidentales.
Reading time 2 minutes

Basé à Djakarta, le couturier indonésien Didit Hediprasetyo -mais tout le monde s’arrête à Didit- n’ignore rien des évolutions de la mode dans le monde entier. Ayant suivi les cours de la Parsons School of Design à New York, mais aussi à Paris, il en ressort avec un diplôme et plusieurs prix. Ses passions pour les drapés structurés, et les décors complexes, en plus d’un sens inné du fait main sophistiqué, ne lui font jamais oublier que c’est une femme bien réelle qui va porter ses créations. Un réalisme au-dessus des modes qui n’est pas sans rappeler celui d’Azzedine Alaïa, le couturier qu’il admire le plus. Son goût cosmopolite fait donc de lui l’un des premiers designers indonésiens à se projeter au-delà de Djakarta. Car même si les batiks indonésiens sont des trésors utilisés par de nombreux créateurs dans le monde entier, en dehors du costume traditionnel, la mode indonésienne reste elle, cantonnée aux iles locales.

Pour sa collection couture Printemps-été 2019, il s’est inspiré du désert, des mouvements du vent et des vagues de chaleurs, des dunes et des jeux de lumière sur le sable, des couchers de soleil sur le Sahara. Jouant avec les jerseys de soie, les Songket -ces brocards traditionnels rayés, tissés main-, les dentelles et le cuir, Didit en fait une collection moderne, adaptée à toutes les filles d’aujourd’hui. Ses fourreaux structurés, ses drapés de jersey sur des corsets, son sens du détail et des finitions mains, mais aussi son goût pour les mélanges de matières, à la fois traditionnelles et contemporaines, en font le plus international des couturiers indonésiens.

/

Articles associés

Recommandé pour vous