Fashion Week

Chez Valentino, Pierpaolo Piccioli fait rimer mode et poésie

Placardée sur les murs, brodée ou collée sur les vêtements, la poésie amoureuse de Robert Montgomery, notamment, a trusté le défilé Valentino automne-hiver 2019/20.
Reading time 2 minutes

L'ATMOSPHÈRE

Un quatrain géant (et lumineux) donne le LA, passée la porte d'un showspace entièrement vitré jouxtant les Invalides : "The people you love / Become ghosts inside / Of you and like this / You kept them life". À la bande-son, le lyrisme est de mise avec les remixes rondement menés des B.O. d'In the Mood for Love (par Shigeru Umebayashi) ou du très baroque Roméo + Juliette

LE(S) PAS DE DEUX

Pierpaolo Piccioli, qu'on connaissait poète du vêtement, s'avère donc aussi amateur de poésie. Chaque invité s'est vu remettre une anthologie autour de l'amour, "Valentino ON LOVE", signée de quatre bardes 2.0 : Greta Bellamacina, Mustafa The Poet, Yrsa Daley-Ward et Robert Montgomery. Poète des images plus que des mots, la tête pensante d'Undercover, Jun Takahashi, a signé pour l'occasion des collages sur le même thème, que Piccioli projette sur des trench-coats, des blouses au crochet, des robes à l'antique... 

LA SILHOUETTE

Kaia Gerber en manteau boule orange mécanique, sweat et chapeau "suroît". L'allégorie en trois pièces de ce que Pierpaolo Piccioli quête depuis ses débuts chez Valentino : projeter la couture dans la rue. Sur fond de laine et de maille twistées à du crochet, les plumes de l'un cotoîent les bons mots de l'autre - extraits de l'anthologie "Valentino ON LOVE" que Piccioli a fait broder sur la capuche dudit sweat. 

 

VALENTINO WOMEN'S FALL/WINTER 2019-20 SHOW
/

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous