Bulgari rend hommage aux pierres précieuses
Beauté

Bulgari rend hommage aux pierres précieuses

Rubis, saphir et émeraude, seules ces trois pierres sont précieuses. Bulgari leur rend hommage dans une trilogie parfumée : Le Gemme Reali. Conversation croisée entre le maître parfumeur Alberto Morillas et Lucia Silvestri, directrice de la joaillerie.
Reading time 5 minutes

Avec ces trois pierres se dessine une histoire de couleurs ?

Lucia Silvestri : C’est un travail de couleurs, mais aussi d’énergie. Je cherche à trouver sur le marché les plus belles gemmes qui deviendront une source d’inspiration.

Alberto Morillas : Mon travail réside dans le choix des plus belles essences. Pour moi, c’est une émotion éphémère, mais pour vous, c’est différent…

Lucia : Oui, moi je peux toucher et voir, c’est du tangible.

Alberto : Chacun sent différemment et les émotions ne sont pas les mêmes.

Lucia : Nous sommes complémentaires. Je peux toucher les gemmes, mais il s’agit aussi d’émotion, de passion.

Alberto : Dès qu’on bouge, l’impression diffère, aussi bien pour un bijou que pour les sensations que dégage un parfum. Autour de ces pierres, j’ai choisi des ingrédients. Pour le saphir, l’iris ; pour le rubis, le bois de santal et pour l’émeraude, le galbanum. Il y a un lien à la couleur, mais aussi au lieu, avec le jasmin et le santal d’Inde.

Lucia : L’Inde est un lieu magique pour les pierres.

Alberto : J’écris toutes mes formules à la main et parfois j’utilise différentes couleurs pour écrire, cela me permet de ressentir des émotions. Pour cette collection, en écho aux plus belles gemmes, j’ai utilisé les plus belles matières. Le prix n’a pas été un paramètre, j’ai travaillé en liberté.

Lucia : Pour les bijoux, je choisis les plus belles pierres, précieuses ou semi-précieuses.

Alberto : En parfum se pose la question de la quantité par rapport aux qualités. Ici, pour les fractions de jasmin, on a enlevé des parties et on a gardé le cœur.

Lucia : C’est la même chose avec une gemme, on coupe et recoupe jusqu’à obtenir le cœur. Pour certaines pierres, je demande au tailleur de conserver des irrégularités pour préserver la personnalité de départ de la pierre, comme une forme organique. Ce type de taille fait partie de la signature historique de la maison Bulgari.

Alberto : Ces trois parfums ont une structure très simple. Pour Veridia (viridis, vert en latin, ndlr), j’ai choisi le galbanum avec encens et vanille. Pour Rubinia (rubino, rouge en italien), le bois de santal avec du jasmin sambac et de la mandarine de Sicile pour le côté frais et la couleur. Pour Nylaia (nila, bleu en sanscrit), j’ai choisi l’iris dont la couleur renvoie à l’idée de bleu. Autour de l’iris majeur figurent du jasmin et du benjoin.

Lucia : Pour le saphir, je sens l’énergie de cette pierre, le bleu est proche de la mer, évoque la profondeur. Pour le rubis, le rouge est feu et passion. L’émeraude suggère la nature avec les herbes et l’idée de temps libre. J’aime évidemment toutes les pierres, mais ma préférée est la bleue avec son énergie. Mon parfum préféré s’est avéré être celui du saphir. 

Lucia Silvestri s’empare de la paletta et pose d’une façon qui semble aléatoire de petits cailloux colorés et le tout se métamorphose en collier …
/

D’où vient cette qualification de “précieuses” ?

Lucia : Pour le marché, il n’y a que trois pierres précieuses, mais parfois des semi-précieuses peuvent être aussi très chères. Aujourd’hui, le rubis est le plus rare et le plus onéreux. On peut voir le feu à l’intérieur, la brillance, l’éclat. Par exemple, le sugar love, en référence à la forme du pain de sucre du Brésil, a une forme très sensuelle.

Alberto : Les gemmes ne sentent pas, mais il y a des évocations. Si le rouge du rubis incarne le feu, la passion, il peut aussi suggérer une odeur comme celle de la grenade. Il faut voir Lucia créer, c’est fascinant…

Lucia Silvestri s’empare de la paletta et pose d’une façon qui semble aléatoire de petits cailloux colorés et le tout se métamorphose en collier…

Lucia : C’est un premier jet de travail, ensuite la construction s’élabore. Je ne prends pas de photo, je dépose le projet sur une plaque en cire et après je finalise avec un designer. Nous travaillons avec de l’or et aussi du platine et des diamants. Parfois nous associons d’anciennes pièces romaines, c’est une autre signature Bulgari.

Articles associés

Recommandé pour vous