Beauté

Ben Ghoram (Byredo) et Isamaya Ffrench lancent une collection de maquillage

Ben Gorham, fondateur de la marque Byredo, et Isamaya Ffrench, talentueuse make-up artist, nous racontent la génèse de leur première collection de maquillage.
Reading time 7 minutes

L’Officiel : Après des années de création dans le domaine du parfum, qu’est-ce qui vous a poussé à lancer une ligne de make-up?

Ben Gorham : J’ai créé Byredo il y a presque quinze ans, et me suis d’abord focalisé sur la fragrance. Il y a cinq ans, l’envie de me lancer dans la cosmétique et le maquillage a clairement émergé. Dans le même temps, je me suis familiarisé avec le travail d’Isamaya. Au-delà de son talent, j’ai eu la sensation qu’elle et moi partagions le fait d’appartenir à une même industrie, mais avec des parcours très différents de ceux de nos pairs. Après l’avoir rencontrée, il est devenu évident qu’elle était la personne parfaite pour ce projet. Ma première bataille a été de réaliser que je ne connaissais rien au maquillage ! Isamaya m’a guidé. L’idée d’intemporalité a aussi été l’un des piliers de ce processus créatif. J’ai utilisé des objets anciens comme références, des pièces dont il est difficile de dire si elles ont été créées hier ou il y a trois millénaires.

Comment s’est déroulée votre collaboration ?

Isamaya Ffrench : Nos premières discussions tournaient autour de la couleur, nous essayions alors de trouver des références communes. La couleur est ma passion, et je souhaitais créer un produit phare pour Byredo. Cela a donné naissance à la série de Colour Sticks.
B.G. : La création de produits est pour moi un processus très émotionnel. J’ai toujours l’espoir de créer un lien particulier avec mes clients, et le dialogue que j’ai engagé avec Isamaya en est la parfaite illustration. Isamaya, vous avez collaboré avec de nombreuses marques de cosmétiques.

Qu’est-ce qui vous a convaincue de vous lancer dans ce projet ambitieux avec Byredo, et quelles ont été vos inspirations pour cette collection ?
I.F. : Je n’avais aucune envie de créer une énième marque sans spécificité particulière. Si nous nous lancions dans cette aventure, il fallait vraiment que nous fassions les choses différemment des autres. J’ai voulu mettre l’expression de soi au cœur du processus créatif, et imaginer une nouvelle façon d’envisager le maquillage, quelque chose de plus conceptuel que ce que l’on peut voir à longueur de campagnes publicitaires. Selon moi, il y avait une vraie place à prendre sur le marché quant à la couleur pure, et j’ai voulu créer des outils dignes d’artistes professionnels. C’est ainsi que notre Colour Library Byredo est née. Je me suis inspirée des couleurs de paysages que j’aime pour obtenir un panel complet de teintes. Le résultat, ce sont les 16 Colour Sticks, avec des formulations du plus mat au plus glossy.

Comment la fragrance et le maquillage peuvent-ils se compléter selon vous?

B.G. : Quand j’ai créé Byredo, il me semblait absurde d’avoir des parfums distincts pour les hommes et les femmes. Je considère que cela vaut aussi pour le maquillage et la couleur. Cette fluidité nous met sur la voie d’une évolution positive selon moi. Par ailleurs, le maquillage a aussi une senteur et j’avais deux parfums en tête, liés à la violette et à l’iris, qui m’évoquaient les fards des 80s et 90s que ma mère portait, mais aussi des notes vanillées très actuelles. J’ai voulu amener un autre niveau de sophistication avec des touches fruitées et florales, ce qui a donné leur parfum unique à nos rouges à lèvres.

L’industrie du maquillage évolue beaucoup et soulève des débats quant à son inclusivité. Diriez-vous que le maquillage peut être vecteur d’empowerment et avoir une portée sociétale, et si oui dans quelle mesure ?

B.G. : Notre mission première sur ce projet a d’abord été d’utiliser la couleur pour raconter des histoires différentes, afin d’inciter les gens à s’exprimer dans leur individualité.

I.F. : J’ai l’impression que l’heure est à une plus grande créativité en matière de maquillage, notamment du fait de l’émergence des réseaux sociaux, de la façon dont nous repensons les critères de beauté et de l’apparition d’une certaine fluidité de genre. Tout est question d’appropriation, d’expression de soi. Les personnes à la peau noire portent par exemple du bleu ou du vert sur les lèvres; cela redéfinit les standards, et c’est sublime. Je trouve toutes ces problématiques passionnantes, et elles ont nourri ma réflexion quand j’ai développé les Colour Sticks. Nous avons voulu aussi repenser nos moyens de communication. Nous ne voulions pas avoir une représentation figée avec un mannequin précis, ni définir “la femme Byredo” de façon exclusive. Nous avons donc opté pour une campagne pensée par un artiste digital, un pari audacieux qui nous a permis de transmettre la philosophie et l’esthétique de notre vision à travers une image 3D.

Quelles sont les muses ou les artistes qui vous ont inspirés dans l’élaboration de cette collection?
I.F. : Yves Tumor a été une influence majeure. C’est un performeur incroyable, et un musicien authentique. Je n’ai pas l’habitude de me référer à des muses précises en général, mais je dois dire que les jumelles Giulia et Camilla Venturini sont en parfaite adéquation avec notre palette Corporate Colour.

Les tendances beauté que vous aimez et que vous détestez?
I.F. : J’aime effacer les sourcils, et je déteste la tendance du monosourcil !

Beaucoup de femmes ont du mal à sortir de leur zone de confort dès lors qu’il est question de maquillage. Quel conseil leur donneriez-vous afin de les aider à expérimenter davantage?
I.F. : Essayer des teintes chaudes et métalliques. Une option idéale pour insuffler un peu de nouveauté sans aller trop loin. Les teintes cuivrées, les marrons métalliques et les couleurs bronze sont d’excellentes alternatives aux smoky classiques.

Si vous ne deviez garder que trois essentiels de votre collection, quels seraient-ils ?
I.F. : Les Colour Sticks pour commencer. Il s’agit du premier produit que j’ai imaginé pour Byredo, et j’adore le fait que chacun puisse avoir son produit fétiche parmi la large gamme de teintes. Je citerais aussi le mascara, sa brosse est très petite ce qui permet d’atteindre le ras des cils avec précision. Et enfin, le baume à lèvres, composé à 99 % d’huiles naturelles, très nourrissant et hydratant.

Produits disponibles en exclusivité aux Galeries Lafayette et sur le site de Byredo.

Articles associés

Recommandé pour vous