Be Well

Le secret Biologique Recherche révélé… enfin presque !

Mais comment cette marque secrète déchaîne-t-elle autant de passions ? La réponse avec l'interview de Pierre-Louis Delapalme, co-président de Biologique Recherche.
Reading time 8 minutes
Photo : enti.ma

Cela fait 11 ans que vous êtes chez BR en tant que co-propriétaire et co-président. Parlez-nous de votre marque.

Biologique Recherche a été fondée par deux experts passionnés en soins de la peau. Yvan Allouche, biochimiste de renom, a mené des recherches approfondies sur les ingrédients tout au long de sa vie afin de formuler des produits suffisamment concentrés pour donner des résultats visibles et durables à la fois. Josette Allouche, physiothérapeute agréée et épouse d’Yvan, a conçu pour les professionnels de la peau des mouvements de massage sculpturaux uniques qui rehaussent considérablement les avantages des formules de soin de la peau de la marque. Après la mort d’Yvan Allouche, j’ai repris cette société avec Rupert Schmid et le fils des fondateurs, M. Philippe Allouche. C’est une pépite très originale avec une approche iconoclaste et assez pure basée sur du soin en cabine et de la personnalisation. Il n’y a pas d’effet de mode mais un sillon déjà tout tracé. Notre stratégie c’est de la personnalisation et des résultats durables sans effets secondaires. C’est simple, mais comme toute stratégie, ce qui fait la différence c’est la qualité de la mise en œuvre.

 

Ce qui est intéressant aussi, c’est que face à cette personnalisation et cette vente seulement par le biais du conseil, vous êtes une marque secrète. Un secret bien gardé mais pas si bien gardé ?

Nous vendons seulement sur un circuit de distribution de professionnels. Nous ne sommes pas en ligne, pas en parfumeries. Nous avons besoin de voir votre peau pour l’évaluer. Pour nous, c’est comme quand vous allez chez le médecin, ce qui est important c’est moins la qualité des médicaments qu’on va prescrire que la qualité du diagnostic. Tant qu’on n’a pas trouvé un moyen de le faire à distance on a besoin de vous voir et de vous connaitre. On se limite en chiffre d’affaires mais notre stratégie est cohérente.

 

Vous faites partie des marques les plus pointues en technologie et recherche, comment faites-vous cela ?

Nous avons une démarche très structurante. Nous démarrons par la compréhension de la peau : tous les ans, il y a des découvertes de médecins et d’universités sur des dysfonctionnements de la peau. Ces recherches sont à la base d’une innovation. Quand on a identifié les causes et les mécanismes d’un dysfonctionnement, nous sommes à l’aise pour chercher les actifs majoritairement botaniques qui constitueront les meilleures réponses aux mécanismes physiologiques et dermatologiques identifiés. Étant une société de taille moyenne, notre avantage compétitif c’est l’agilité créative. Nous sommes très ouverts et réactifs. Prenez l’exemple de la crème masque vernix. Le vernix caseosa est une substance cireuse d'origine sébacée, blanchâtre et grasse, recouvrant et protégeant la peau des nouveau-nés. In utero, il protège la peau du fœtus du milieu aqueux, le liquide amniotique, qui l'entoure. Nous sommes tombés sur l’article d’un obstétricien qui disait qu’il il fallait absolument garder le vernix qui protège le bébé dans le ventre de sa maman le plus longtemps possible après l’accouchement, le temps que la peau s’habitue à la vraie vie. On a analysé la composition du vernix. C’est un mélange de lipides et de protéines solidifiés. Nous avons copié cette formule naturelle et testé sur la peau. Aujourd’hui ce produit est un de nos best sellers. Pour le masque seconde peau, nous avons utilisé la technologie de l’imprimante 3D. Avec de l’AH de grade pharmaceutique, nous avons fabriqué des fibres nanoparticulaires, comme des fibres de coton très fines d’AH et nous avons tissé un masque de fibres d’AH. Sous microscope on dirait du textile, mais ce sont des fibres d’AH pures. La capacité d’absorption par la peau est phénoménale et cette technologie est utilisée pour les grands brûlés pour aider la peau à se reconstruire.

 

Quel est votre avis sur la Clean beauty ?

La philosophie de la marque BR a toujours été proche de la clean beauty. Moi ce que j’aime, c’est que ça sort du débat chimique contre naturel. Quand on est du métier, on sait que les plantes peuvent être fantastiques pour certains problèmes, neutres pour d’autres voire embêtantes pour d’autres problématiques. Le meilleur exemple étant les huiles essentielles. Quand on s’y connaît un peu en biotech ou chimie fine on sait que certaines molécules de synthèse sont extraordinairement efficaces pour la peau. Le mouvement clean beauty est bénéfique car il élargit le champ de réflexion. On s’intéresse à ce qu’il y a dans les produits et on évalue le meilleur rapport efficacité / effets secondaires. Mais la limite de la clean ce sont toutes ces applications qui donnent des signaux alertants aux clients finaux sur un ingrédient en particulier. Elles ne sont pas dans le détail alors que ce sont des problématiques complexes. Certains ingrédients sont bons à 0,01% - mauvais à 1%. Ca rabote la créativité et c’est exactement ce qui s’est passé avec les parabens. Une rumeur est née basée sur une étude scientifique invalide. Une fois que c’était parti, c’était irrattrapable, tout le monde a eu peur.

 

Et sur le culte de la lotion P50 ?

P signifie Peeling, 50 pour deux cycles épidermiques. C’est un cocktail unique composé, entre autres, d’alpha-hydroxyacides, de bêta-hydroxyacides et de polyhydroxyacides. Les concentrations de chaque ingrédient ont été étudiées afin d’obtenir une exfoliation optimale des différentes couches du stratum corneum. Personne d'autre sur le marché ne fait ça ! La Lotion P50 contient également de l'extrait d'oignon, utilisé dans la formule pour ses propriétés apaisantes et favorisant le renouvellement de la peau. D’autres matières actives, telles que le raifort sont également utilisés pour leurs effets antimicrobiens. Cette lotions a plusieurs effets : nettoyant, exfoliant, hydratant, régule le PH à la baisse. C’est une formule smart et riche qui commence à être copiée. Quand un produit circule il y a un effet accélérateur mais le génie de la P50 c’est qu’il n’y avait pas d’équivalent sur le marché il y a 40 ans. C’était le début de l’exfoliation, le début des acides de fruits. Le génie d’Yvan c’est que l’exfoliation est faite mais elle est maitrisée.

 

Qu’est ce qui vous inspire ? 

La peau est le seule organe vital qui se renouvelle tous les 24/26 jours. On en apprend tous les jours. Scientifiquement, c’est intellectuellement passionnant et commercialement c’est très enrichissant. La cosmétique pro est très inspirante. La relation humaine est première. On passe une heure à se confier physiquement pour faire un soin. A partir de là, nous avons un vrai feedback, une vraie relation qui se tisse. On connaît nos clients, c’est de l’artisanat.

 

Votre routine Biologique Recherche ?

Comme je voyage beaucoup, j’utilise la P50W et la gamme biosensible. Et je suis un fan absolu de notre protection solaire SPF25, c’est un filtre solaire triple protection naturel. La formule n’est pas chimique et très sophistiquée.

Articles associés

Recommandé pour vous