L'Officiel Art

Atelier de Paname : action!

Investir un lieu parisien pour exposer les travaux de jeunes artistes durant la semaine de la Fiac, c’est le projet ambitieux incarné par Salomé Partouche et Jean-Samuel Halifi, fondateurs d’Atelier de Paname, sorte d’incubateur de talents établi à Saint-Ouen. Avec en voisinage le Red Star FC, porté par la direction créative de David Bellion, et dont la onzième édition consécutive des Ateliers culturels se tient du 22 au 26 octobre : volonté collective et détermination sont au rendez-vous !
Reading time 5 minutes

L’OFFICIEL ART : Du 18 au 21 octobre se tient la première édition d’Atelier de Paname, qu’est-ce qui vous a incitée, avec votre partenaire Jean-Samuel Halifi, à mettre au point un tel événement et quel regard portez-vous sur l'édition Biennale de Paname qui, en octobre 2017, a accueilli près de 7000 visiteurs ?

SALOME PARTOUCHE : Dans le prolongement de la Biennale de Paname et face à l'engouement du public nous avons décidé de poursuivre notre démarche en invitant le public à découvrir les artistes qui composent notre atelier et les nouveaux artistes qui seront présents dans le cadre de la Biennale de Paname en 2019. Cet événement est également un moyen de garder le contact privilégié avec le public et surtout de proposer un moment d’exposition librement accessible pour mettre en lumière gratuit des artistes qui ne disposent pas, par ailleurs, de visibilité. Nous avons été très heureux d’observer l’enthousiasme suscité par la Biennale de Paname et avons pris la mesure, à cette occasion, des attentes du public pour de telles initiatives. C’est donc, pour nous, l’occasion de continuer à tisser les liens avec les visiteurs.

 

La Biennale de Paname est issue de l'Atelier de Paname, un collectif d’une quinzaine de créateurs dont les interactions génèrent une dynamique qui a retenu l'attention de nombreux partenaires (Adidas, Red Star FC 93, Monkey Shoulder...) : quelles ont été les motivations qui vous ont fait rassembler différentes personnalités, sur quels critères ont-elles été sélectionnées et pourquoi avoir choisi de vous établir à Saint-Ouen ?

Tout s'est fait assez naturellement... A notre retour de Londres, Jean-Samuel Halifi et moi-même avons établi notre atelier à Saint-Ouen, nous y avons invité Damien Moulierac, artiste et ami de longue date, puis les choses se sont enchaînées, au fur et à mesure via notre réseau de connaissances issues de l’univers artistique… c’est ainsi, de façon organique et au gré de belles rencontres que l'Atelier de Paname s'est constitué. C’est aujourd’hui un lieu qui regroupe des artistes plasticiens, créateurs de mode, concepteurs d'effets spéciaux…Les savoirs se croisent et se partagent. Nous proposons à nos partenaires des collaborations poussées afin de créer une synergie entre nous tous. Il me semble que c'est ce qu'ils recherchent et c’est la raison pour laquelle nous avons plaisir à collaborer avec eux. Pour la seconde année nous réalisons une collaboration avec Adidas, et avons lancé un appel à projet avec le programme The Creator Source, afin d’identifier un artiste.Cet artiste est invité en résidence à l'Atelier de Paname pour créer une œuvre présentée durant notre exposition. Nous avons un lien particulier avec le Red Star, également basé à Saint-Ouen, et nous partageons un désir profond de nous impliquer dans la vie de quartier.

 

Cette édition prend une envergure nouvelle avec le choix d'un lieu proche du Marais (23, rue Basfroi) qui développe 500 mètres carrés sous verrière : quelles options scénographiques avez-vous privilégiées pour la mise en espace des œuvres de la vingtaine d'artistes présents ?

Comme pour la Biennale de Paname, Damien Moulierac est le commissaire et scénographe de l’exposition. Ce lieu différent, avec ses caractéristiques, est un nouveau défi, et notre objectif est de faire communiquer harmonieusement et de façon cohérente les pièces entre elles.

 

Divers médiums et pratiques artistiques y sont représentés : est-ce également une façon d'affirmer la vivacité créative de Paris, à un moment où la ville, avec la Fiac, reçoit des personnalités internationales du monde de l'art, des collectionneurs...

Nous mettons en avant des artistes en lien avec leur époque. Les nouveaux mediums en font partie, nous sommes très attentifs à ce qui se passe, toujours en recherche d'artistes qui développent une approche originale.La semaine de la Fiac est un moment incontournable, il est important pour nous d’être présents et de pouvoir toucher un large public.

 

Atelier de Paname, du 18 au 21 octobre, 23, rue Basfroi, 75011 Paris, www.biennaledepaname.com

Red Star FC, dans le cadre du Red Star Lab : ateliers à destination des licenciés du Club, du 22 au 26 octobre, pour tout renseignement : lab@redstar.fr, www.redstar.fr/

Articles associés

Recommandé pour vous