Voyage

Il est possible de visiter le Taj Mahal, malgré l’interdiction de voyager cet été

Cénotaphes, balustrade de marbre, pierres précieuses, dentelle de pierres multicolores, arabesques, sourates du Coran calligraphiées… S’il est aujourd’hui impossible d’emprunter les allées qui mènent au Taj Mahal, on peut désormais le visiter virtuellement.
Reading time 3 minutes
© Jovyn Chamb/Unsplash

Alors que l’épidémie de coronavirus rend impossible tout voyage au bout du monde cet été, il est un monument que l’on a tout de même l’occasion de visiter… virtuellement. Le Taj Mahal, l’une des sept merveilles du monde, ainsi que la mosquée de grès rouge érigée à ses côtés, sont désormais à visiter depuis son canapé. Au programme : des photos grands angles exceptionnelles, qui permettent de se rendre compte de toute la beauté du lieu. Une beauté toujours plus incroyable, quand on connaît l’histoire qui se cache derrière les images.
 

Pour sa construction, plus de 20 000 ouvriers et 1 000 éléphants ont ainsi été mis à contribution afin de transporter les matériaux durant l’édification. Marbre blanc, Lapis Lazuli, corail, jaspe, agate… Autant de pierres précieuses sont ainsi venu orner l’édifice. Au total, ce sont pas moins de 28 types de pierres fines ou ornementales polychromes qui furent utilisés pour composer les motifs de marqueterie incrustés dans le marbre blanc. À la gauche du monument se trouve une mosquée de grès rouge, construite en guise de lieu de culte pour les pèlerins. Joyau de l’architecture, c’est tout naturellement que le Taj Mahal fût inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1983, également tenant du titre de l’une des 7 merveilles du monde…
 

Signifiant "Palais de la Couronne" en indien, le Taj Mahal n’est en réalité pas un palais. Mausolée de marbre blanc, il fût construit à la demande de l’Empereur Shâh Jahân en mémoire de son épouse Arjumand Bânu Begam, aussi connue sous le nom de Mumtaz Mahal "la lumière du palais" en langue perse. Situé aux bords de la rivière Yamunâ, la beauté de ce bâtiment de marbre blanc orné de pierres précieuses existe bien au-delà de son apparence. Symbole de l’amour pur, l’Empereur Shâh Jahân a souhaité en faire un joyau grandeur nature pour témoigner à sa douce disparue son dévouement éternel. Inhumé à ses côtés en 1666, l’Empereur Shâh Jahân et son épouse Arjumand Bânu Begam fûrent ainsi réunis pour l’éternité.

 

Rendez-vous ici pour visiter le Taj Mahal virtuellement.

Articles associés

Recommandé pour vous