L'Officiel Art

L’espace, ultime frontière

À travers les différentes éditions des expositions de groupe Spaced In Lost qu’il a initiées, le curateur et artiste Filip-Andreas Skrapic explore les échanges entre monde physique et technologies.
Reading time 2 minutes
Installation signée STANDARDCLOTHING.

Art, mode, vidéo, high-tech, design : tous ces univers se mêlaient jusqu’au vertige dans les œuvres des cinq artistes exposés dans la première édition
de Spaced In Lost qui a eu lieu en juin et juillet dernier à la Galerie Charraudeau, pendant la fashion week hommes parisienne. Filip-Andreas Skrapic, artiste pluridisciplinaire allemand travaillant à Paris, a créé ce concept d’exposition afin que différents artistes mettent en miroir leur travail, que fusent les dialogues sur une idée en particulier : jouer avec l’espace-temps pour opposer et unir ce virtuel qui nous a envahi (l’irréel) et l’objet d’art sous toutes ses formes (le réel) : sculptures, monde sonore, vidéos, images, etc.
Ce parcours raconte une histoire, fait passer d’une dimension à l’autre et finit par décomposer les codes du récit. Un processus qui parle particulièrement
à Filip-Andreas Skrapic, initialement vidéaste, qui travaille aujourd’hui la sculpture, en déstructurant les objets du quotidien pour les transcender. Passionné par les rites chamaniques et les totems, il explore le concept de la surproduction de notre civilisation, et par là même les dérives du capitalisme, détourne les objets manufacturés, les décompose, les ré-assemble, déconstruit ses éléments. Ce faisant, il allie le silicone, matière souple née d’un désir de futur, et la pierre, matière fondatrice, noble, éternelle.

Pour ce premier projet, cinq artistes – Samuel Fasse, Marine Giraudo, Salomé Chatriot, STANDARDCLOTHING et AM – se sont joints à lui mais beaucoup d’autres vont participer à ce qui va suivre. En effet, deux nouvelles éditions de Spaced In Lost sont prévues cet automne. Tout d’abord, toujours à la Galerie Charraudeau, du 12 septembre au 2 octobre, cette nouvelle édition avec le curateur et designer Yvannoé Kruger, venu notamment de la Saint Martins School, rassemble plus d’artistes, dont certains sont en résidence à L’Orfèvrerie, l’ancienne manufacture de Christofle à Saint-Denis reconvertie en espace de vie et de création pour des artistes plasticiens mais aussi des designers, des artisans et des inventeurs. Une troisième édition se déroulera à La Paix, espace très hybride et alternatif paradoxalement situé dans la très chic rue de la Paix, pendant la Fiac, du 15 au 19 octobre, avec des performances étonnantes de la géniale Alexandra Marzella (artwerk6666 sur Instagram) qui vient juste de participer à la Biennale de Venise.

Articles associés

Recommandé pour vous