Régimes et idées reçues : 3 questions à Catherine Malpas

04.03.2016

006_ppLassée des régimes ultra stricts qui se traduisent toujours par une reprise du poids perdu? Catherine Malpas, naturopathe de formation et coach en stratégie nutritionnelle propose une alternative healthy sur-mesure, certes plus longue, mais aussi bien plus efficace. Sa méthode simple et garantie sans frustration passe à la fois par la gestion des émotions (notamment par le contrôle de notre respiration), un recadrage alimentaire basé sur l'index glycémique de chacun, et des techniques de détox vouées à purifier l'appareil digestif. Régimes draconiens parfois frustrants et néo-diètes à la mode: Nous avons interrogé cette spécialiste sur les nombreuses idées reçues qui circulent en matière de diététique.

Quelles sont les règles d'or de l’équilibre nutritionnel, et les principales erreurs à éviter?

La prise de poids n’est pas une fatalité. Pourquoi grossit-ton ? Parce que nous déséquilibrons notre balance énergétique (différence entre apports et dépenses).

On grossit quand on mange plus que ses besoins. On mincit quand on mange moins que ses besoins (nos apports sont inférieurs à nos dépenses). Il existe donc deux leviers pour agir sur la balance énergétique : soit réduire ses apports, soit augmenter l’exercice physique !

Mais attention, les régimes alimentaires restrictifs contribuent à abaisser la dépense énergétique liée au métabolisme de base. Le corps, privé des apports dont il a besoin s’adapte en diminuant sa consommation d’énergie et en stockant au maximum. A l’inverse, l’activité physique élève le métabolisme de base (augmentation de la masse musculaire). Le corps, habitué à l’effort consomme d’avantage d’énergie. La sédentarité et la mode des régimes anarchiques abaissent inévitablement le métabolisme de base, et donc une réduction de la dépense énergétique globale qui se traduit par une prise de poids…

Céder à la tentation du régime strict conduit inévitablement à la frustration et à la perte d’estime de soi parce qu’on finit toujours par craquer et reprendre tout ce que l’on a perdu. Je propose un chemin qui sera peut être un peu plus long mais qui vous permettra de vivre en paix avec votre corps et la nourriture. Il me semble essentiel de redonner à chacun le pouvoir de garder ou reprendre le contrôle de son corps, de façon durable et raisonnée. Être aux commandes de son corps renforce la motivation.

053

Que penser des nouveaux régimes healthy qui fleurissent un peu partout: vegan, gluten free,raw food, no sugar...?

Je pense que nous sommes tous en quête de bien être et de bonheur. Nous sommes de plus en plus stressés, de plus en plus gras et de plus en plus fatigués, de plus en plus malheureux. Si nous savons que la réponse à notre problème de surpoids ne réside pas dans ces nouveaux régimes à la mode, nous espérons toujours y trouver LA solution miracle... Intuitivement, nous ressentons le besoin de nettoyer notre organisme, de nous désintoxiquer. Les scandales à répétition sur tel ou tel aliment, les reportages choc, tout cela fait que les consommateurs veulent devenir responsables de leur santé. Et faire des choix. Mais ces choix sont souvent difficiles à cause des revirements dans le discours officiels qui entretiennent le doute et la peur sur l’intérêt ou non de tel ou tel aliment. C’est pour ça que les régimes d’exclusion sont à la mode!Personnellement, je ne préconise pas systématiquement une éviction du gluten ou des protéines de lait de vache. Je ne la recommande qu’après une anamnèse détaillée avec le patient et si celui ci montre des signes évidents de trouble du système digestif. Le problème de la mode sans gluten par exemple, c’est que les consommateurs vont acheter des tas de produits comme les galettes de riz, le lait de riz, les gâteaux sans gluten, autant de produits avec un index glycémique élevé qui, au final, vont faire augmenter la masse grasse...

Vos patientes parlent d'une méthode "sans frustration". Comment cela est t-il possible, et quelles en sont les grandes lignes?

Ma méthode est simple et sans frustration en effet. Elle repose sur 4 piliers.

Premier pilier, la gestion des émotions. L’esprit peut guérir le corps ou à l’inverse le rendre malade. Toutes les émotions négatives, peur, colère, haine, tristesse perturbent l’organisme et nuisent à la santé parce qu’elles agissent aussi sur notre comportement alimentaire. Puisque le mental conditionne toutes nos actions, indiquons lui le chemin des émotions positives. Pratiquement, je propose à mes patients de télécharger une appli très sympa, CardioZen qui permet d’agir sur notre système parasympathique grâce à la respiration contrôlée. C’est le principe de la cohérence cardiaque, adapter sa respiration sur les battements du cœur. Dans cette appli, vous apprenez à caler votre respiration sur le flux et le reflux des vagues. Quelques minutes d’entraînement par jour favorisent le retour plus rapide à l’état d’équilibre physiologique en cas de stress.

Deuxième pilier, le choix d’une bonne alimentation. Je recommande un recadrage alimentaire basé sur l’index glycémique, mesure scientifiquement reconnue. Plutôt que de supprimer les aliments glucidiques comme c’est le cas dans la plupart des régimes, je recommande de choisir les aliments à indice glycémique bas ou moyen. Ainsi, en jouant sur l’intelligence des aliments, mes patients mangent à volonté et sans frustration ! Ils ne se sentent pas privés. Plutôt que de manger du pain blanc, ils optent pour le pain aux céréales ou complet. Plutôt que de manger des pommes de terre, ils se régalent avec des patates douces…

Troisième pilier, l’exercice physique régulier. Il y a cent ans, nous marchions 20 km par jour. Aujourd’hui, nous faisons à peine 800 mètres. Le corps humain est prévu pour bouger beaucoup et manger très peu. Nous faisons juste l’inverse !Je recommande un effort modéré comme la marche, la natation, le vélo, le pilates, trois fois 45 minutes par semaine pour favoriser l’endurance organique et brûler essentiellement du gras. Le mouvement, c’est la vie !

Quatrième pilier, l’élimination des déchets en mettant régulièrement son appareil digestif au repos.Comment ? Grâce au jeune intermittent (16 à 24h de diète) ou à la monodiète (un aliment à volonté pendant 24h). Un fruit ou un légume. En pratiquant la monodiète ou le jeune intermittent 1 fois par semaine, vous perdez 1 à 1,2 kg ce jour là. Même si vous reprenez la moitié le lendemain en mangeant normalement, vous avez quand même perdu entre 2 et 2,5 kg sur un mois. En masse grasse et en eau extra-cellulaire, celle qui fait la rétention d’eau.