7 conseils avant de passer au platine par Frédéric Mennetrier

04.05.2015

  aNatasha Poly, Lara Stone, Anja Rubik, Carmen Kaas, Jessica Stam, Claudia Schiffer, Soo Jin Park ou Kim Kardashian (momentanément) sont passées entre ses mains pour des blonds polaires ou platines. Frédéric Mennetrier est le master de la couleur et un des précurseurs du ombré, et celui par qui tout arrive, même de passer au platine !

Par Marion Renard

1) Bien réfléchir. Le platine n’est pas anodin et la décoloration la pire chose que l’on peut faire à ses cheveux et... c’est définitif. Ne rêvez pas, la déco bio n’existe pas et n’existera jamais, aucun produit au monde n’éclaircit les cheveux sans ammoniaque... Bien entendu, on ne tente rien à la maison, sous peine de mort du cheveu.

2) Ne pas se laver les cheveux au moins trois jours avant, le sébum protègera de l’agression du produit (qui n'est pas toujours agréable).

3) Le platine n’est pas une couleur de cheveu, c’est un accessoire. Il ne ressemble à rien, et il faut que tout aille ensemble.Il fait partie d’une allure générale. On l’ose parce qu’on a un style. Soit on joue l'effet évanescent avec teint diaphane et sourcils décolorés (très catwalk), soit le maquillage soutenu, avec eyeliner ou smoky plus sourcil accentué, et rouge à lèvres rouge.

4) Le premier rendez-vous n'est pas celui où l'on obtient la couleur escomptée, on vous le dit. Surtout si on a eu tendance à faire des mèches pendant des années. Seules les filles qui ont des cheveux extrêmement naturels auront un résultat de « vrai » platine. Ceux colorés chimiquement ne peuvent pas être décolorés à blanc. Pas de drame, on jouera avec des nuances de blonds pour s’approcher au mieux du résultat idéal, ce qui se fera en plusieurs fois.

5) Les semaines qui suivent, le blond vire au jaune car les pigments s’oxydent à l’air. On mise sur des shampoings sans sulfates qui prolongent la brillance de la couleur (car les sulfates altèrent la kératine et font fuir les pigments) et des masques pigmentés une fois par semaine, avee des soins violets pour les blonds froids.

6) Plus la teinte est uniforme, plus elle réclame une coupe graphique. Attention aux cheveux courts, on peut faire très vite échangiste du Cap d’Agde dans « Confessions Intimes » ! Il faut trouver son style et surtout assumer.

7) Comment gérer l'après ? En laissant pousser les cheveux au fur et à mesure, avec un balayage pour rattraper — plus facile à vivre, car pas de racines délimitées et repousse plus douce moins contrastée... Si on n'aime pas, on recolore et on revient à sa teinte naturelle mais il va falloir entretenir cette fausse couleur jusqu’à la repousse (environ deux ans pour un carré).

L'Atelier Blanc de Frédéric Mennetrier, 6, rue Mayran, 75009 Paris (01 42 39 62 70). www.latelierblanc.com De 400 € à 700 €. 

Le pour :

On ne voit plus les cheveux blancs. On se lave moins les cheveux. C'est la coiffure évolutive par excellence : en une semaine, d’un look glam, on passe à un loook plus rock avec le cheveu qui se texturise.

Le contre:

Le cuir chevelu est plus sensible. Le rendez-vous mensuel chez le coloriste pour les racines. La piscine : no way, à moins de connaître exactement la composition du traitement de l'eau !

[soliloquy id="245959"]