7 questions aux créatrices de D'Estrëe

25.03.2015
Session studio-250 - copieUn mois d’existence à peine, et D’Estrëe joue déjà dans la cour des grands. A mille lieux de la petite marque anecdotique, D’Estrëe réinvente le chapeau de ville dans une version minimaliste, racée et là pour durer. Le petit tréma, discrètement piqué à l’arrière de chaque pièce, pourrait très bientôt se retrouver sur toutes les têtes. Rencontre avec les fondatrices Géraldine et Victoire Guyot, deux sœurs qui savent où elles vont et nous emmènent avec elles.  Propos recueillis pas Eugénie Adda   Jusqu’à D’Estrëe, quel est vôtre parcours à toutes les deux ? Géraldine : J’ai étudié l’histoire de l’art à la Central Saint Martins de Londres. J’ai eu mon diplôme en juillet dernier et à mon retour en France, j’ai décidé de créer D’Estrëe. La marque est née début septembre mais le lancement officiel a eu lieu le 15 février. Victoire : Mon parcours est plus tourné vers le commerce. J’ai étudié à HEC puis à Stanford. Lorsque Géraldine m’a parlé de D’Estrëe, le projet m’a plus et j’ai décidé de me joindre à elle. Je m’occupe de la partie business et marketing de la marque. Géraldine, pourquoi avoir choisi les chapeaux? J’en ai toujours porté, et je me suis aperçue qu’en France, on avait finalement peu de marques qui ne proposaient que des chapeaux. A force de faire du hat hunting entre Londres et Paris, j’en ai eu marre d’avoir le choix entre l’ultra luxe et les chaines de grande distribution. C’est pour combler ce manque que j’ai créé D’Estrëe. Qu’est-ce qui vous inspire ? Nous avons toujours baigné dans l’univers de l’art contemporain. Nos parents sont collectionneurs donc nous avons grandi autour des artistes et des œuvres. D’ailleurs, tous les chapeaux ont des prénoms de peintres et plasticiens comme le Salvador, le Yves ou le Andy. Nous avons pris un peu dans l’univers de chacun, mais en restant très minimalistes. Tous nos chapeaux sont unis avec quelques aplats de couleur et nous restons pour l’instant sur la même forme. destree1 Comment vos chapeaux sont-ils fabriqués ? Ils sont entièrement made in France. Les chapeaux nus sont fabriqués chez un chapelier près de Paris. Nous avons évidemment dessiné les modèles puis nous lui avons imposé les alliances de couleurs et matières que nous avions en tête, dont beaucoup qu’il ne possédait pas. Chaque pièce est en poils de lapin rasés. La matière subit ensuit un traitement assez long pour obtenir cette souplesse. Les bandeaux qui entourent les chapeaux sont conçus dans une rubanerie parisienne. Elle s’occupe aussi de la bordure interne, de l’étiquette et des deux points. Toutes ces étapes sont faites à la main. Qu’est-ce qui fait la différence de D’Estrëe? Nous voulons proposer des chapeaux qui transcendent les générations et les tendances. Nous nous sommes fixées comme ligne de conduite de ne pas utiliser d’imprimés, qu’ils soient animaliers ou ethniques, car ils datent immédiatement une pièce. Notre seul signe reconnaissable, ce sont les deux petits points noirs piqués derrière chaque chapeau, qui rappellent le tréma notre logos. destree3 Qui souhaiteriez-vous habiller ? Nous ne voulons surtout pas que D’Estrëe soit cataloguée comme une marque pour les jeunes. Nous nous adressons aussi à des femmes et hommes plus mûrs. D’Estrëe est cette touche discrète mais qui provoque une vraie différence sur n’importe quel type de tenue, quel que soit l'âge. Une touche élégante complètement intemporelle. Que peut-on vous souhaiter pour l’avenir ? Comme nous sommes attachées à l’univers de l’art, nous adorerions faire des collaborations avec les artistes et pourquoi pas proposer nos chapeaux dans des galeries ou des foires d’art contemporain. L’idée de créer des pièces exclusives pour des évènements d’art nous intéresse aussi beaucoup. Et bien sûr à terme des collabs avec d’autres marques ou des concepts stores. Les chapeaux sont disponibles sur le eshop www.destree.fr destree4 destree2