6 spots qui réveillent l'Ouest parisien

12.05.2015
Longtemps engoncé dans sa mauvaise réputation, combinant bistrots ancestraux et concepts dépassés, l’Ouest de la capitale semble enfin sortir de son long sommeil et compte depuis peu quelques nouvelles valeurs sûres. On vous en livre 6 où s’arrêter sans hésiter. Par Eugénie Adda  

miamMiam

Repris à la rentrée 2014, l’ex 72m, club du Boulevard Malesherbes à la réputation aussi bling que celle de son ancien propriétaire Christian Audigé, vient d’opérer une sacrée transformation sous la houlette de trois jeunes associés. Loin de l’esprit lounge tapageur et un rien dépassé du 72m, l’endroit devenu restaurant, justement rebaptisé Miam, mise sur une jolie carte bistronomique et sur un service aux petits soins, rafraichissant dans le quartier. Les assiettes inventives mais sans fioritures inutiles dosent grands classiques hexagonaux et twists luxe, à l’image du désormais incontournable burger foie gras et huile de truffe. Constante chez Miam, une générosité assumée, comme avec un œuf mollet croustillant sur champignons des bois ou un camembert rôti au miel en entrée, suivis d’une souris d’agneau sauce chocolat servie avec une polenta crémeuse ou d’un suprême de volaille fermier. Et pour finir ? D’intestables desserts tradi. 72 boulevard Malesherbes, 75008. 01 45 63 22 62

Le Yeeels

Ouvert le mois dernier, ce nouveau hotspot près des Champs-Elysées attire déjà toute la faune sapée du Triangle d’or. L’endroit fondé par Benjamin Artis, habitué des nuits parisiennes et directeur de L’Arc, joue sur une déco conçue pour en mettre plein la vue : de l’or, du marbre, des néons et des miroirs partout. Le bling ici s’assume, contrebalancé tout de même par quelques éléments fifties plutôt recherchés. Côté restau, une carte touche à tout qui suit les tendances food du moment avec burrata, king crab, bœuf Wagyu, quelques pizzas et des desserts signés Hermé. Mais c’est au bar que tout prend sens. Les cocktails, de petites bombes de créativité, nous réveillent, l’air de rien, et donnent envie d’aller s’agiter sur le dance-floor du club. Le dresscode ? Minirobe, logos apparents et notre plus belle paire de Louboutin. 24 avenue Georges V, 75008 yeeels.com H2T10141_ret  

cucuzzCucuzza

Entre spots design et ouvertures de restos à la pelle, la rue des Moines est assurément le nouveau point névralgique des Batignolles. Dernier né, l’Italien Cucuzza, joli repaire briqué ouvert par trois fous d’Italie à l’enthousiasme communicatif, upgrade d’un cran le concept de la pizzeria de quartier. Ultra-frais et au centre de tout, le produit est sublimé sur 11 pizzas bien charnues qui nous font réviser nos classiques : ventricina piquante et piment sicilien sur la Daviola, parmiggiano reggiano 24 mois sur la Valentina ou encore une belle alliance de girolles, huile de truffe et truffes slicées sur la Valeria, le tout fondu dans une fiordilatte de haute volée. Pour les sacro-saintes antipasti, la carte mise sur les indétrônables San Daniele et burratta des Pouilles et les desserts, eux aussi, célèbrent la tradition avec un tiramisu dans les règles de l’art. Le dimanche, le brunch prend la forme d’un buffet gargantuesque. 14 rue des Moines, 75017. cucuzza.fr  

l'huitrade

L’Huîtrade

Quand le géant Guy Savoy décide de célébrer les plaisirs iodés, cela donne L’Huîtrade, bar à huitres réinventé ouvert cet hiver près de la place des ternes. A mille lieux des restos de fruits de mer soporifiques du quartier, cette bicoque de 25 mètres carrés affiche une déco racée signée Jean-Christophe Villemotte, où le carrelage immaculé s’accorde avec un mobilier minimaliste et d’imposantes suspensions industrielles. Tracées sur le sol et étincelantes sur le plateau, les huîtres sont sourcées chez les meilleurs ostréiculteurs français, des classiques Gillardeau de Marennes-Oléron, à Joseph Dupuch du Bassin D’Arcachon. Les puristes retrouveront la Fine de Bretagne n°2, la Perle de l’Impératrices n°3 ou la Royale n°2 de David Hervé (Charentes), servies à la huitaine. Mais tout l’art du Chef se trouve sans doute dans son assiette de préparation froide, où il l’huître se décline en escabèche, concassée ou en nage glacée. 13 rue Troyon, 75017. www.huitrade.frœ      

le_domeLe Dôme

Les amoureux du très chic Hibou à Saint-Germain pourront désormais se réjouir de trouver son équivalent Rive Droite grâce au Dôme, ex-bistrot de quartier repris et entièrement retapé par le même groupe Bourdoncle. A siroter dans un cadre entre Paris nostalgique et gastro-pub londonien ou sur la grande terrasse dès l’apéro, les cocktails dans la veine de la mixologie contemporaine calibrent avec justesse grands classiques et twists inattendus. On accompagnera tout ça d’un plateau de charcuterie de la Maison Conquet ou d’un Tarama signé Da Rosa. La carte quant à elle, joue sur une cuisine bistrotière empreinte de world food, maîtrisant aussi bien un homard grille à la plancha qu’un cheeseburger, des pizzas ou un bœuf thaï. Pour le dessert, le dôme revient à ses racines françaises en proposant les pâtisseries de Jeremy Feuvrier dont une Tropézienne aérienne. 4 avenue de Villiers, 75017. www.cafeledome.fr    

Le Cartel

La nuit parisienne compte un nouveau passage obligé : Il s’appelle le Cartel et il ouvre cette semaine. Imaginé par César Gourdou et Adrien Villalba, à qui on doit aussi le restaurant Marie-Suzy, situé sur la très proche avenue de Friedland, le club nous emmène tout droit dans le Mexico hype et alternatif. Cadre comme désaffecté et tagué, murs décapés à l’acide où a nature aurait repris le dessus, mobilier brut et bondieuseries comme là bas, l’endroit aux faux airs de mauvais lieux devrait attirer une faune en mal de fête triée sur le volet,ei pour la faire danser sur les sons deep-house et hip-hop de Dj internationaux. Déjà au programme, Alex Laker, Toni Vega, Numa ou encore DJ Law. Et qu’est-ce qu’on y boit ? De la tequila forcément, mais bien meilleure qu’à Tijuana, avec une trentaine de références exigeantes, proposées en shots ou en cocktails qui réveillent. L’avenir nous dira si la réputation du lieu parvient à attirer les branchés du côté des Champs. 4, rue Arsène Houssaye, 75008   cartel