Femmes

Tuto : comment jouer la comédie comme Cami Morrone ?

by Virginie Beaulieu
09.03.2018
Actrice en herbe aux côtés de Bruce Willis dans son prochain blockbuster, “Death Wish”, mannequin au sex-appeal de Californienne avec un million de followers sur Instagram, BFF de Kaia Gerber, Bella Hadid et Hailey Baldwin, Camila Morrone est LA bombe de 2018. Rencontre avec une future star… qui nous donne au passage quelques tips en vidéo pour jouer les actrices.

Quand avez-vous réalisé que vous vouliez être actrice ?

Je l’ai toujours su. J’ai auditionné pour chaque pièce à l’école, je me suis inscrite à toutes les classes de théâtre possibles. J’ai toujours été le genre d’enfant qui aime avoir un public et se produire devant tous ceux que je pouvais convaincre de regarder. J’ai commencé à poser professionnellement à 14 ans, dans l’espoir que cela m’ouvrirait des portes pour jouer au cinéma.

Votre première expérience sur un plateau ?

Comme mes parents sont tous deux acteurs (Camila est la fille de l’acteur et supermodel Maximo Morrone et de l’actrice argentine Lucila Solá, et belle-fille de l’acteur Al Pacino, ndlr), une partie de mon enfance a consisté à les accompagner à des castings ou sur des plateaux. Tout cela m’a mise à l’aise avec ce processus quand est venu le temps de passer mes propres auditions. J’ai fait quelques publicités çà et là, mais ma première expérience sur un plateau de tournage a été le rôle de Salomé enfant, incarnée à l’âge adulte par Jessica Chastain, dans une réinterprétation de la pièce d’Oscar Wilde au cinéma. J’avais 9 ans et une seule ligne de texte à dire, mais je me souviens que la production avait plus d’ampleur que tout ce que j’avais pu voir auparavant. J’ai essayé de me fondre dans le décor et d’observer tant que je pouvais. Les enfants aiment les parcs d’attractions, moi j’ai aimé les plateaux de cinéma, ah !

Quels sont vos trois films préférés et pourquoi ?

Choisir mes films ou mes acteurs préférés, c’est toujours très difficile, il est presque impossible de n’en choisir que quelques-uns. Mais les premiers qui me viennent à l’esprit sont Casino, pour l’interprétation de Sharon Stone, qui reste un de mes numéros d’actrices préférés. Son évolution de prostituée de luxe indépendante à ménagère instable, blessée et alcoolique est fascinante à observer. Et il y a Robert De Niro, qui à mes yeux est infaillible, voir Raging Bull ! ; Pulp Fiction, parce que Tarantino est un de mes cinéastes préférés, mais dans ce film précisément les histoires violentes s’entrelacent à la perfection. La scène d’Uma Thurman et de John Travolta dans le diner est un classique ! Et Requiem for a Dream, de Darren Aronofsky, plus arty que les deux autres, mais quelles montagnes russes ! Impossible de s’ennuyer. Le jeu d’Ellen Burstyn y est sidérant. 

Comment jouer la surprise par Cami Morrone

Avez-vous des modèles ?

Il y a des tas d’actrices extraordinaires de tous âges qui m’influencent et dont le travail m’inspire. Notamment Julianne Moore, Nicole Kidman, Natalie Portman, Jessica Chastain, Emma Stone, Meryl Streep, Kate Winslet, Alicia Vikander, Cate Blanchett… et facilement trente autres.

La chose la plus difficile – et la plus agréable – quand vous jouez ?

Chaque projet présente ses propres difficultés, que ce soit une scène pleine d’émotion, avec des larmes, ou une scène de comédie où vous devez contenir un rire. Quel que soit le projet, le défi est souvent là où on ne l’attendait pas. Mais il n’y a pas de meilleur sentiment que d’être absolument présente dans le rôle à un moment précis, et d’en profiter.

Passez-vous beaucoup d’auditions à Los Angeles ? Est-ce effrayant, difficile ?

Auditionner est le plus grand défi pour un acteur : c’est intimidant, terrifiant, cela vous rend vulnérable. Il n’y a rien de pire que de n’avoir qu’un ou deux essais pour faire ses preuves dans une pièce remplie de producteurs et de directeurs de casting qui sont là pour vous juger. Chaque audition ressemble à un entretien d’embauche. Vous devez apprendre à vous mettre en pilote automatique et à oublier le dispositif de l’audition dès que vous entrez sur scène. Si, à la sortie, vous commencez à vous poser des questions sur votre jeu et leurs réactions, il y a de quoi devenir fou !

Un cours de comédie avec Cami Morrone

Est-ce que votre carrière de mannequin vous a aidée à faire face aux caméras ?

J’ai pris conscience de ce que le mannequinat m’avait appris quand j’ai fait mon premier film de studio, Death Wish, une grosse production où j’avais des scènes d’émotion intense à jouer avec quarante personnes autour de moi. Étant mannequin depuis plusieurs années, j’ai l’habitude de faire abstraction de l’équipe, de la sortit de mon champ de vision. Je sais aussi bouger devant une caméra, lâcher prise, rendre la caméra invisible.

 

 

Avez-vous pris des cours ?

J’ai suivi des cours de théâtre depuis l’âge de 13 ans, et notamment un cours intensif, trois journées de huit heures par semaine, particulièrement instructif. À mon avis, la meilleure expérience est encore celle que l’on acquiert directement sur un plateau, devant les caméras.

 

 

L’iconoclaste Eli Roth (Hostel, Cabin Fever) vous a dirigée dans Death Wish – c’est son premier film d’action. Avez-vous aimé cette expérience ?

J’ai eu la chance que mon premier grand film soit réalisé par quelqu’un d’aussi positif, aimant, attentionné et protecteur qu’Eli Roth. Il savait que j’étais nerveuse, il m’a guidée à chaque étape et m’a prise sous son aile. Je n’aurais pas pu avoir une meilleure expérience. Je pense qu’ils m’ont tous un peu gâtée !

Comment faire semblant de pleurer by Cami Morrone
“Auditionner est le plus grand défi pour un acteur : c’est intimidant, terrifiant, cela vous rend vulnérable. Il n’y a rien de pire que de n’avoir qu’un ou deux essais pour faire ses preuves dans une pièce remplie de producteurs et de directeurs de casting qui sont là pour vous juger. Chaque audition ressemble à un entretien d’embauche.” Camila Morrone

Est-ce que c’était impressionnant de jouer avec Bruce Willis pour votre premier grand rôle ?

Quand j’ai reçu l’appel disant que j’allais jouer dans Death Wish, j’en ai pleuré de bonheur, et j’ai aussi ressenti une peur incroyable. Tout est devenu instantanément réel et je me suis dit : “Mais dans quel pétrin je me suis fourrée ?! Je ne suis pas prête pour tourner aux côtés de Bruce Willis !” Jouer, c’est déjà effrayant la première fois, mais jouer avec quelqu’un comme Bruce, c’est carrément terrifiant ! Je pensais que j’allais arriver sur le set et m’étouffer ou oublier toutes mes répliques ! Mais, en toute honnêteté, Bruce a fait de cette première expérience quelque chose de génial. Il m’a soutenue en tant qu’acteur et en tant qu’ami. Je me suis senti encouragée tout du long.

Avec quel réalisateur rêvez-vous de travailler maintenant ?

Si je pouvais avoir une réplique dans un film de Scorsese, je pourrais mourir heureuse !

Votre succès sur Instagram aide-t-il votre carrière ?

C’est devenu une bonne plate-forme pour faire connaître mes projets et des infos, comme la sélection à Sundance du nouveau film indépendant dans lequel je joue, Never Goin’ Back, d’Augustine Frizzell. Pour moi, c’est un espace où montrer des images de coulisses et des moments sur des shoots que je ne partagerais pas autrement.

Est-ce que vous vous voyez vivre à Hollywood dans les années à venir ?

Los Angeles, c’est chez moi, et ça le restera. C’est le meilleur endroit pour ma carrière actuelle, parce que la plupart des films se développent et sont produits ici. Cela dit, j’aimerais jouer dans un film qui me ferait découvrir un nouvel endroit pour quelques mois. Mais, pour l’instant… je m’en tiendrai à la maison !

Death Wish, d’Eli Roth, avec Bruce Willis, Vincent D’Onofrio, Elisabeth Sue, Dean Norris, Camila Morrone… Sortie le 9 mai 2018.

Comment faire une "bitch face" par Cami Morrone

Photographie par Alexei Hay
Stylisme par Henna Koskinen
Maquillage par Homa Safar
Coiffure Luke Chamberlain
Assistante stylisme Camille Lepen

Cet article est actuellement visible dans le numero de février du Jalouse 

Partager l’article

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous